Tag Archive | Shakirail

Mai fait ce qu’il te plait au Shakirail.

shakirail.portail

J’expose avec l,AA263, entendez une association d’artistes et qui ne demande qu’à grandir . Les membres sont professeurs de la ville de Paris. Après la Rue des Dames et ses blanches cimaises il y eut Beaumont sur Oise et son ambiance feutrée. Et voilà que le groupe table sur la jeunesse, l’inconfort , le côté vivant et brut de brut des locaux du Shakirail. Pas de salle ni de murs  avec dégagements , pas d’éclairage adapté mais un sas d’entrée à la salle de spectacle et aux différents ateliers  où nous devons juxtaposer dix huit fois en pavage anarchique du sol au plafond et jusqu’au haut de l’escalier nos dix carrés imposés .

Le collectif  Curry Vavart   (Merci Vincent Prieur) nous accueille puisque  conventionné par la SNCF pour animer  ces deux immeubles. Déborah Herco nous pilote dans les différents ateliers ; quelque chose des cellules de moines où incrustées dans un désordre assez profane des tables brillent d’usure. Nous évitons la vapeur du fer à repasser à l’assaut de tissus fripés , dérangeons un maître du rotring , saluons un  peintre , avançons dans d’autres espaces pour l’heure habités des seules oeuvres en gestation et par d’étranges outils et matériaux, découvrons d’autres antres dits » labo », »salle », »répétitions », »spectacle « . Je photographie le travail en cours de Déborah ,plasticienne mosaïste , comme je le fais  pour certains arbres: l’écorce est une peau rude, insolente de santé ou blessée dont j’aime à  emporter dans un rectangle témoin les couleurs et la texture.

 

Le Shakirail  lieu sauvage mais investi ( immeubles de la SNCF ): ça sent la rouille, l’herbe grasse, le jardin de banlieue . Les trains de la gare de l’Est cahotent sous les fenêtres et le Paris plus blanc du XVII ème se dissout dans la brume entre les arbres. Des jeunes circulent devant l’entrée , tirent une chaise, apportent un café… Un chariot sert de siège, des jardinets s’accrochent au talus vers la voix ferrée.On laisse faire la nature.

Du groupe nous sommes plusieurs à avoir pris rendez-vous pour prévoir l’acrochage: il nous vient un esprit cabochard et adolescent attardé. Magie des lieux.

Pour l’expo MAI FAIT CE QU’IL TE PLAIT  tablez plutôt sur le vernissage du jeudi 4 mai car si elle dure jusqu’au 14  il semble que le lieu n’ouvre que pour les évènements. Voir sur les sites ou téléphoner…GHV

Aussi:Curry Vavart

L’homme du train et le Shakirail.

homme.du.train

Aller-retour sur Paris et deux croquis et trois photos. Celles-ci seront pour après demain lorsque j’en viendrai à écrire sur le Shakirail lieu de l’exposition de l’ AA263 à laquelle je participe.

La capitale elle me parait de plus en plus sale.

Mais j’ai eu aujourd’hui mon sourire. Celui amusé de l’homme.du.train que j’ai dessiné et qui m’a invité sur le quai à aller boire un café. Mots hésitants, intérêt non dissimulé pour le carnet et son  portable qu’il me montrait. J’ai cru qu’il voulait la photo du dessin. J’aurai pu le lui donner mais j’y tenais à cause du sourire…Je lui ai donné ma carte avec l’adresse du blog et ma promesse d’y faire paraitre  le dessin. M’a-t-il comprise? « Oui un de ses amis avait un ordinateur… »en me glissant dans la main deux caramels enveloppés de papier cristal.

Non, je ne pouvais accepter pour le café : j’avais rendez-vous à 15h au Shakirail pour y déposer mes dix modules 50/50cm. Le lieu est improbable, assez déjanté..Je vous en parlerai donc d’ici peu et aussi du travail de Déborah. C’est elle qui nous a fait visiter les lieux.  GHV