Tag Archive | philosophie

Enfance du nouvel an.

hgenfantd.jpg

La plu-i-e en perles sur le fil à linge lotois  d’Evelyne (ELB) et la pluie qui gifle par à-coups mes carreaux à Epinay …Dimanche gris.

La radio distille une émission que je voudrais suivre plus attentivement : Stéphane Floccari sur Europe interviewé par Eindhoven . A paru de cet auteur que je ne connais pas un titre : nietzsche et le nouvel an..

L’enseignement de la philosophie doit commencer dès la toute petite enfance avec l’éducation au sens des mots.

-« Dis  petit,  sais -tu  ce que  signifie toujours? »

Pour un jour comprendre et discourir et penser éternel et sempiternel comme viennent de le faire sur une expiration et en trois phrases nos deux philosophes. GHV

Ed.Encre marine- nietzsche et le nouvel an de Stéphane Floccari.

 

 

Vive la vie.

 

pomme-1

Tant d’ouvrages lus, d’articles survolés, et oubliés. Mais restent tout de même gravée une phrase qui a fait écho, l’orgueil de l’idée retrouvée ou comprise, acceptée chez l’ autre…Ainsi pour moi ce conseil parmi cent: « Petit exercice de philosophie, sur le cadavre de l’oiseau oublier son regard »..Où ai-je lu cela je ne saurai vous dire.

Dans L’amour pur de Agustina Izquierdo (au fait est-ce bien un pseudo de Pascal Quignard?) autre très courte phrase: « La mort nous précède. »

Dans un petit carnet offert par Catherine une feuille de peuplier à l’aquarelle m’invitait à le remplir de petites choses inimitables, au jour le jour. GHV

 

Perruches sur Epinay sur Seine.

 

L’article fut publié le 03/03/2013 il y a juste trois ans. Nos oiseaux prolifèrent-ils sur Epinay?  La colonie des Econdeaux se maintient mais j’en remarque en bord de Seine…Elles ne craignent ni le froid ni les autres résidents de nos parcs, corbeaux ou corneilles, tourterelles turques et pies qu’elles pourchassent agressivement. Je les ai aussi débusquées l’an passé  à…Rome.

 

Dimanche , froid et soleil et…

redte0n8dm87fhkvm5stm498hang6_1362315043.7155animation3

Les perruches sauvages ,exotiques à souhait, à collier, criardes,  comme au parc de Sceaux  et à Londres et à Bruxelles! Des flèches dans le ciel Les conquérantes .

Double exercice de philosophie ou de vie:

1: Qu’en  est-il de l’accueil qui leur est réservé? Allez voir les commentaires sur le Web. Pas toujours aimables.

2: Comme elles savent s’adapter!

Et un troisième point pour les amoureux d’ornithologie, un site au moins les recense. Donc sur Epinay , à l’œil , une bonne dizaine entre la rue de la Chevrette et les parcs près de la voie ferrée et vers Enghien. Qui sait exactement? GHV

Presse: un article parmi plusieurs.