Tag Archive | Grand Palais

Vélasquez à Paris

velasquez

Depuis la cafétéria du Grand palais et détail  de la Forge de Vulcain.

L’exposition me fut offerte. Des âmes attentives s’étaient entendues pour m’y accompagner et m’en offrir l’entrée, m’évitant la préoccupation d’une réservation où l’attente aux guichets..

1974: j’avais la vingtaine naïve et découvrais Les Ménines au Prado . Je croyais alors qu’un grand peintre était un faiseur d’images réussies grâce à son seul talent ou à son travail acharné. Mais je sus en les voyant que Vélasquez donnait  la vie. Et je l’aimais pour cela. Sans mots alors pour décrire ce qu’intuitivement j’acceptais.

Dans la pièce obscure un chien couché à l’abri du terrible soleil castillan ,un nain en habit d’apparats,, les tendres suivantes, les duègues sévères ,une enfant et de la chair, un couple presque anonyme: les monarques,des mouvements bruissants de soie , puis le silence, des regards, du réel et du vain, les sensations , la vie, lui le peintre qui s’est représenté ,le miroir et l’éternité d’une journée . Le paroxysme dans la représentation, l’effort nécessaire pour nous obliger à être plus que spectateur.

2015: je n’ai toujours pas de mots. Le tableau par ailleurs n’ a pas traversé les Pyrénées . Vous n’y verrez qu’une petite  copie de Del Mazo je crois, le gendre.

Je vous invite à aller voir l’exposition, la cinquantaine de toiles, les  maîtres,  les suiveurs, et pourquoi pas  ce petit paysage Vue des jardins de la Villa Médicis, presque une grisaille et cependant porteur  déjà des visions délicates de Corot et plus tard de celle des impressionnistes avec en sus l’énigme soulevée par le jeu de trois silhouettes masculines. La nature frémit, midi, et trois arcades nous isolent d’un jardin au loin…

Hugin est le corbeau d’Odin. Il s’envole, prospecte au quotidien et rapporte à son maître ce qu’il a appris. GHV

Vue des jardins de la villa médicis

Grand Palais

Vendredi soir sur Paris

Monsieur…

 
deux25anvier1
 
 
Je ne vous ai pas croqué et vous l’auriez été si j’avais été au-delà de Gare du Nord sur  la ligne 4  mais  j’ai noté ce que vous m’avez dit: « Faire ça , c’est aimer les gens. » En fait c’est aussi se nourrir des autres ce qui reste une manière d’aimer! GHV
 

Edward Hopper.

deux25anvier
 
 Train de 21h 56 quelques minutes après: elles aussi rentraient de l’exposition Edward Hopper.
Luxe précieux de pouvoir éviter l’attente dans le froid et une immédiate compréhension des œuvres. Les personnages de Hopper comme des voyageurs transportés.GHV