Tag Archive | Giusepina

Giuseppina

giusepina.jpg

Elle a cessé de craindre le vol de son image quand je m’assois en face d’elle pour la croquer. Ce matin dès le réveil elle a réclamé le « dessin ». Elle l’a retrouvé sur le bahut, a fermé le carnet avec des mines  entendues. Pour l’apaiser je lui ai montré l’endroit de l’atelier où il me semblait bon de le ranger.

Nouvelle réclamation, elle le veut près d’elle:… « Et fais un point dans chaque coin et un au milieu. Ca suffit mais c’est important. Sinon c’est grave »

Elle se lève souvent, va vérifier qu’il est bien là. Cet après-midi elle me l’apporte pour que nous regardions ensemble chaque page, pour que j’explique.

Demain nous devons l’accompagner dans ce que pudiquement nous appelons la maison de repos.GHV

Lire aussi: https://trainsurtrainghv.com/2015/08/09/paris-lapres-midi-fin-de-vie/ .

Paris l’après-midi, fin de vie.

???????????????????????????????

Heure d’une escapade sur Paris ,le vendredi après-midi, mois d’août ,trottoirs surchauffés, bruit, intonations étrangères,le métro, le train, la circulation, beaucoup , beaucoup de visages, de silhouettes. Retour après trois semaines au vert. Je ne sais plus démarrer la voiture, je refais sans cesse les listes de ce que je dois prendre et oublie quelque chose tout de même.

Je n’ai aucun plan pour trouver la rue Audubon et m’en remet à l’expérience des gens que je croise. Je suis en avance. A la terrasse du café presque déserte la serveuse connait une librairie dans le quartier:  » Peut-être est-elle fermée. A gauche , plus haut. »

Sur le pas de porte un débordement de bacs emplis de livres ,poches, poésie, livres d’art, …L’intérieur est sombre, un gars derrière son ordinateur face à un gars assis en short et chemise légère  me rend la monnaie sur dix euros pour trois livres d’auteurs italiens. Je ne trouverai pas chez lui Maherba, trop récent.

– « Je suis un type heureux, je remplace le propriétaire pour trois semaines. J’étais éditeur vous savez…J’ai écrit aussi , publié…Alors là au milieu des livres…Et celui-ci est un ami professeur à Oxford, il est venu me rendre visite, nous échangeons… »

Le professeur ami et chinois apparemment, fort accent: « Non , Cambridge! »

Je passe un quart d’heure dans l’arrière-boutique: histoire, philosophie, psychiatrie, psychologie… »La bibliothèque d’un psychiatre  récupérée en intégralité…. » Un livre érotique déclassé sur une étagère, éclairage au néon, éclectisme des éditions, des couvertures .

De quoi aurions nous discuté si j’avais joué le jeu de la conversation?

Rue Audubon où j’ai pris rendez-vous pour la signature de mon dossier de retraite : une jeune femme  me reçoit, longiligne, brune, salue du bout des doigts lâches et souples  et récapitule avec moi ma vie de fonctionnaire puis me souhaite une bonne retraite.  Dernière poignée de main.

Je rentre rapidement. Chez elle Giuseppina ma belle-mère attend mon retour. Elle a rangé méticuleusement les deux enveloppes de ses médicaments préparés pour l’infirmière dans un sachet noué, enfermé dans un deuxième et enfin dans un troisième. »Tu sais, mon mari je le vois partout, aussi je ferme la porte de sa chambre. »GHV