Tag Archive | filles

Haïku du jour.

Pour leur liberté

Toutes les filles à l’école

Affranchissement.

 

ELB

Ainsi va le jour.1

Sept heures et demi, ce matin devant moi sur mon trajet quotidien, elle bougonne et semble rechigner à poursuivre l’argumentation.

– Anna, tu m’écoutes? Tu crois que Dieu nous a créés pour travailler en banlieue ?
Demande aux malades qui souffrent et qui sont condamnés s’ils sont protégés par Dieu !
Et tous deux : lui, entre deux âges et elle, grande belle jeune-fille perchée sur ses talons hauts passent la porte de l’hôpital.

Décidemment, j’ai eu raison de changer de côté.
Ce soir, un long ruban blanc de judokas en herbe qui glissent avec leur trottinette sur la piste cyclable et arrivent devant la porte du gymnase. Quelle belle et joyeuse ribambelle !
Quand j’entends deux grands gaillards :
-Je travaille les trapèzes ce soir, et demain, je ferai les pecs.
-T’as raison, moi aussi. Les pecs, ça plaît aux filles.

L’air est doux et je le laisse m’envelopper et me bercer un peu. Le printemps s’égare.
A l’entrée du parc, le bleu et le jaune des iris m’attirent et le vert de l’herbe troué de pâquerettes m’intimide presque.
Le printemps se serait-il égaré ?

Au bout de l’allée, une jeune fille, sur un banc, à l’air triste ou désabusé . Un jeune homme se tient debout qui lui tient tête :
– T’as plus le choix : faut assumer.
Derrière eux, une sculpture de pierre, La terre endormie. Une femme nue, allongée et pudique aux yeux mi-clos. Qu’en pense-t-elle?

Le turbulent printemps, aujourd’hui, dialoguait, réveillait, agaçait, excitait, apaisait, berçait.
A chacun son printemps. Celui d’Aragon ?

« Notre printemps, c’est d’être ensemble ».

Sur ma fenêtre, les plans de capucines ont pris deux centimètres.

ELB

lettre aux jeunes du CMJ d’Epinay sur Seine.

A propos du débat organisé par le CMJ d’Epinay sur Seine du jeudi 18 avril 2013 . Le thème : « vivre ensemble »

D’un côté le public (jeunes et moins jeunes) , de l’autre  les notables ,  ça m’amuse de les nommer ainsi, et Chico au centre ,micro en main pour gérer.

CMJ : conseil municipal pour la jeunesse.

A vous…

Copie de zdébat3 

       Parce que je dessinais , mon attention était affaiblie et donc voici ce que j’ai perçu   : il s’agissait du « vivre ensemble » mais autour où à partir du noyau jeunesse. Avec des sujets illustrés par des films ou reportages,dont la citoyenneté, les rapports avec l’autorité, la police (Aïe, ça fait mal mais c’est dit et je sais, j’ai vu parfois!) , les distractions, les occupations, le travail, les études, l’avenir , les manques, les rapports avec les anciens, entre communautés. « Epinay sur Seine reste une ville de banlieue communautaire » fait remarquer un éducateur .

     Ambiance plus que correcte .  Rien à voir avec un débat récent à l’assemblée nationale !

Copie de zdébat2

             Je pense à ma propre jeunesse.  Etais-je  aussi impliquée ? Autre décor, la province, la campagne. Autres habitudes, autres besoins. Solitude, choc de la découverte de la ville, du pensionnat,contacts aussi avec la famille, les autres, les enseignants, l’autorité  acceptée ou non, les plans d’études qui capotent) .Se débrouiller seule, le hasard fait beaucoup de choses, on m’aide aussi . Citoyenneté, engagement : nous étions sensibilisés à l’autodiscipline, bien grand mot mais ça marchait en apparence et ça économisait des surveillants au lycée. On nous obligeait à voir ailleurs : « vous réclamez, n’abusez pas : il y a moins nantis que vous . Apprenez à partagez ce que vous avez… ». Ca n’a pas fait de moi une grande altruiste.   L’impression que l’on nous voulait adaptés au moule. Je n’avais pas les clés pour comprendre le monde. Je ne les ai toujours pas.

            Les plus jeunes avez peu parlé, sinon entre vous,  laissant cela à vos ainés, plus habitués.

            Je réfléchis…Vos parents ont pris des décisions, se sont installés à Epinay.  Pour eux ça va bien, ça va mal, c’est selon: ils ont des regrets ou des satisfactions. Vous, vous  êtes la génération que rien ne devrait distinguer du reste de la jeunesse du pays. Jeunes, un point c’est tout. Vous savez cela, mais il y a pas mal de sable dans les rouages. Alors le mieux c’est de ne  pas vous faire oublier et d’être acteurs

Copie de zdébat1

Face à vous donc « les notables », les acteurs,(comme vous) , les responsables, ( comme vous ).. Et ce représentant des ainés qui  vit mal le manque de civilité. « Pensez qu’il s’agit de vos grands –parents ! Pensons que vous êtes comme nos petits-enfants» . Certes , mais pensons nous aussi , adultes déjà emplis de  vie, à votre jeunesse, à votre énergie. Et soyons attentifs. Apportons regard, exigence, chaleur, sévérité, goût du dialogue, de la culture. L’essentiel est dans le coeur  et peut  se passer de livres . Le livre est un bon cheval pour transporter ce qu’il y a à comprendre du cœur.

Donc je vous regarde . Et oui Epinay est communautaire. Est-ce vous qui continuerez en pensant à « votre voisin  » et non à votre « voisin juif » ou « blanc » ou « arabe » ou «  pakistanais.  »? Libre à vous , à nous,d’apprécier ou non l’homme, mais pas à cause de sa couleur de peau.

Et oui il est important que certains s’impliquent. Ne rêvez pas : tous ne le ferons pas .Question  de pourcentage.

Et oui vous avez participé à  ce débat et plus que bien des adultes ce soir là. On vous y a invité et vous avez répondu…Comme quoi vous entendez.De ce que vous pouvez entreprendre rien n’est facile, mais c’est faisable.  Et si j’ai bien compris  vivre ensemble.

Au fait, à propos de cela, « vivre ensemble », où étaient les filles ?

N’oubliez pas de m’inviter pour vos prochains débats. J’en parlerai autour de moi.

Cordialement.

Huguette Galante.

Ps: la question que je me pose souvent au sujet de mes propres enfants c’est « que leur transmettre?

Copie de hgreve5.jpeg