Tag Archive | été

Ce que je pourrais dire.

gingko1

La couronne de pommes de pin en entourant le pied de l’arbre, laissée par les petits parisiens, un chouchou oublié, des livres dispersés, un fond de bouteille, un dessin sur la table sous le tilleul,  des mouches  terminant le goûter, le ballon en mousse coincé sous la petite table et dans les sapins, le bleu du hamac qui ne bouge plus. Fin de partie ou de récréation avant les prochains congés. On envoie des photos ; c’est promis puis on donnera davantage de nouvelles et on se voit bientôt.

Nous sommes, comme revenus chez nous, en possession de notre vie qui reprend son cours normal, au rythme de la saison qui vient. Le vide et le silence parfois qui suivent le départ d’amis ou de familiers chers, c’est un peu le retour de l’existence ordinaire. Rythme plus lent comme apaisé après l’été désordonné et haletant des températures.

La lumière est plus courte et le soir vient plus tôt. La nuit estompe les contours ou souligne quelques reliefs dès que les premières étoiles envoient de leur lueur mais la pluie les a chassées un temps du ciel.

Il m’avait semblé que l’automne était loin bien qu’un ourlet de feuilles jaunies sous les tilleuls était déjà là avant mon départ pour quelques jours dans les Vosges. Je ne sais si c’est sa ligne bleu ou vert qui avait tout balayé de mon esprit mais de retour sur le plateau calcaire le jaune et le roux me sautent aux yeux et je dois admettre que malgré la certitude de beaux jours à venir-car l’arrière-saison y est presque toujours belle et lumineuse, le temps, la lumière ont commencé leur œuvre.

La lumière chaude du pays de Cocagne qui,  le soir venu grâce à la lueur de la lune semblait bleuir les collines et les coteaux ainsi que les reflets du soleil, tard le soir, sur le canal royal à Sète paraissent bien loin.

Pour se réconforter la confiture des derniers abricots et celle des figues. Je n’ai pas définitivement rangé mes espadrilles car, ne plus sentir la corde sous le pied signifie que l’été a passé;  l’espadrille est  pour moi presque synonyme de temps suspendu, allant avec une certaine légèreté de la démarche à moins que l’on choisisse de traîner les pieds comme pour mieux éprouver cette nonchalance du corps plus offert à la lumière de l’été et à une certaine chaleur.

Beaucoup plus d’oiseaux ces jours-ci picorant dans les arbres et sur l’herbe comme si la pluie et la fraîcheur les ramenaient vers la maison. Les hirondelles sont parties, dirait- on. Les noix commencent à tomber et les pommes de terre ramassées l’on sait que l’automne arrive tandis que le maïs a lui aussi jauni le paysage.

Le retour des activités et les retrouvailles des amitiés associatives nous font entrer dans la vie, la vraie, dans le temps que l’on fait sien en partie et c’est alors la vie de certains qui fait une pause chaque semaine.

Précaires, démunis, comme si en venant s’interroger sur le désordre du monde, de ses affaires entrelacées, en feuilletant le journal ou quelques livres, ils tentaient de démêler une sorte de nœud autorisant ainsi  leur esprit, à ’être plus léger comme délesté des ennuis du quotidien, de la paperasse. Un peu absents à eux-mêmes comme en repos bien mérité après le combat discret des jours difficiles.

Le discours désordonné parfois difficile à décrypter de quelques-uns ainsi qu’une joyeuse agitation en habitant d’autres en  retrouvant  un camarade d’infortune. On sait bien que chacun a avec soi-même les arrangements qu’il peut. La pelote dans sa tête est tout en embrouillamini et forcément il y a un fil à tirer mais celui qui le relierait à lui-même et donc aux autres, n’est pas toujours accessible.

La voix rauque, grave, presque celle d’un homme, s’accélère et parfois le regard se fige. Hagard, interrogateur, je ne sais dire. On dirait qu’elle cherche quelque chose, mais quoi ? Le sait-t-elle d’ailleurs ? Est-il utile que je le sache ? Non. Elle est là, vivante qui joue avec les mots.

Les cheveux grisonnants qui se recourbent sur l’épaule et adoucissent ce visage à large bouche qu’un rire soudain agrandit encore feraient presque croire à celui d’une jeune fille. Comme quelque chose de naturel presqu’originel même dans la voix qui refuserait l’écho ; juchée sur sa mobylette, elle mord le vent et le jaune des champs bleu à la lueur de la lune.

Retrouve-t-elle,  peut-être, l’ivresse de ses 5 ans lorsqu’elle dévalait la glèbe à toute vitesse.

Me revient alors en mémoire un vers de Marc Alyn :

 « Je n’existe pas à plein temps, je suis avec ce qui commence.»

 

ELB

Publicités

Ce que je pourrais dire…

carre3

 

 

Entre le chaud et le très chaud, le printemps s’est achevé il y a déjà longtemps et l’été précoce  nous a pris de court. J’en ai presque oublié le solstice, les feux de la St Jean se préparant çà et là.
Distraite par la douceur encore chaude du ciel nocturne piqué de diamants, de l’autre côté de la route : éon, éon ou Léon, faisait le paon tandis que sous la piètre fraîcheur des arbres, les grillons frottaient leurs élytres. Assurément, nous étions  en été.

Et dans ces moments-là,  de grande chaleur, j’aurais aimé pouvoir entendre les mouettes au-dessus de la Seine et c’est le murmure du vent dans la sapinière, lovée dans le hamac qui m’aurait presque fait croire au sac et ressac d’une mer  lointaine ; mais une fontaine comme on en voit dans certains  jardins, un ruisseau ou un filet d’eau au-dessus de l’abreuvoir  auraient pu tout aussi bien me rappeler, convoquer ces  images de fraîcheur.

Je rêve d’un rat des champs qui converserait avec un rat des villes- l’amie Huguette, sœur de blog-,  lui confiant ces secrets de nature, lui comptant la vie du terrier. Or, il se trouve que bien des choses m’échappent qui devraient m’alerter, me tenir aux aguets. J’ai raté les manifestations pour conserver l’arrêt dans nos petites gares ; ainsi, celle d’Assier et de Gramat seraient fermées les week-end et jours fériés et celle de Rocamadour le serait définitivement. L’affaire est presque pliée.

Pas tout à fait rat des champs, je disais-,  mais en route vers ce mode de vie ; oublié aussi la transhumance pour le Lioran au départ d’Espédaillac, village caussenard s’il en est. Depuis une dizaine d’années, les changements de pacage reviennent-comme celui de Rocamadour vers  Luzech près de Cahors-,  pour éviter l’achat de fourrage et pratiquer une sorte d’écobuage. Autrefois, on pouvait faire paître les brebis dans les coudercs, ces communs au centre du village et des hameaux. Or ces derniers au fil du temps ont été intégrés à certaines maisons ou réduits pour agrandir un jardin.

Dimanche dernier, accompagnée de Brigitte,  à Latouille près de St Céré, le  Sentier Art Nature, parcours poétique émaillé de couleurs : accrochage en pleine verdure dans les arbres et au-dessus de l’eau, tableaux, peintures,  tissus de couleurs jetés par-dessus la rambarde du pont de bois et traînant dans l’eau, rochers du torrent et troncs d’arbres habillés de couleurs unies et en patchwork pour les rochers, du papier recyclé incrusté ou des pliages en papier origami. Plusieurs groupes de musique, allant du jazz à la variété en passant par la musique Sud-américaine les percussions et la guitare sèche s’égrenaient tout au long du sentier. Sur le chemin, en redescendant, avec son père, il chantait presque trop bas, mais sur le ton de la confidence comme pour mieux nous faire prêter l’oreille et apprécier avec une nostalgie heureuse, un poème d’Aragon.

Une moitié de visage de jeune femme, suspendu au fut d’un arbre m’impressionnait. De la poésie et de la légèreté dans la décoration de  fil de fer et de verre de couleurs évoquant le vitrail. Nous pressentions la lumière et la brise jouer avec la matière : les cliquetis se seraient mêlés aux chants et musiques qui s’entrecroisaient. Les sublimes photos du rebond de la goutte d’eau nous ont aussi particulièrement touchées.

Depuis  une semaine se sont évanouis canicule et vent chaud de ces derniers jours puis… l’orage d’été tant attendu. Les averses successives ont tout rafraîchi me faisant tirer de l’armoire, pull et gilet chauds et rangé les sandales laissant traîner les orteils au vernis rouge. L’été torride est en suspens. Fleurs et pousses ramollies et peu gaillardes ont relevé la tête. Demain l’été revient.

Mais la mort de Simone Veil, hier, nous peine terriblement.

Si elle en avait eu encore la force, à coup sûr, elle aurait ragé et fait entendre sa voix à la réaction du Ministre de l’Intérieur donnant l’ordre de ne pas rouvrir de centres d’accueil aux migrants et  dire implicitement aux associations de ne plus leur venir en aide.

Durant la guerre en ex-Yougoslavie en 1992, elle s’était vigoureusement insurgée contre l’existence de camps et de violences faites aux femmes dans  les villages assiégés et contres ces déplacements de population. Comme Germaine Tillon , Simone Veil a compté pour l’Algérie ; elle a fait respecter les droits humains en améliorant la détention des prisonniers en y introduisant la détection de maladies ainsi qu’une structure scolaire.

D’après le HCR, « … soixante-cinq millions de personnes déplacées en 2016…vingt nouvelles personnes sont forcées de fuir leur foyer chaque minute, et le déracinement concerne un être humain sur cent treize. Syrie, Afghanistan et Soudan du Sud représentent la moitié de réfugiés. La majeure partie d’entre eux vont dans les pays voisins comme la Turquie et le Liban … »

L’Union européenne est loin d’en absorber autant.

 

ELB

Haïku du soir.

 

 

C’est en tapinois

Que l’été a fui filé

En douce un soir.

 

ELB