Tag Archive | Epinay sur seine

Retour sur Epinay

 

charlyguitare1.jpegAu balcon le mandarinier, quatre fruits, trop de fleurs blanches pour la future récolte et à l’une d’elle un bourdon accroché : nous sommes le 13 novembre.La guitare en fond.

Trois semaines au vert , Evelyne tout prêt que j’ai lu, à peine vue. Les autres amies non plus. Au vert dis-je car là.bas les couleurs avaient à peine viré. L’automne je l’ai retrouvé sur Epinay:  je lis Giono et me sens gâtée comme un fruit passé d’âge. C’est qu’il me semble aujourd’hui impossible de goûter de la nature la force, les eaux froides, le vent accroché aux arbres, les parfums, les saisons ….comme l’enfant que je fus savait le faire.  GHV

Image retrouvée!

 

lui1

Il m’a été facile de retrouver l’article où apparaissait cet homme « si doux » dessiné dans le train depuis Paris et que j’évoquais hier. Il m’a suffi de taper dans Recherches les mots gare de st Denis. Je savais avoir signalé qu’il était descendu là. C’était il y a quatre ans . Dimanche dernier je l’ai donc croisé à l’heure matinale des promeneurs du groupe des Kais et Kaissettes  d’Epinay sur Seine au parc des Chanteraines. J’ étais heureuse de le voir aller de son  pas lent et paisible. Ce que j’avais pris pour une infirmité n’avait du être qu’un accident. Malgré la chaleur inhabituelle pour un mois d’octobre il allait vêtu comme en hiver comme s’il avait voulu transporter toute sa garde robe. A l’amie qui marchait à mes côtés j’ai dit: « je le connais ».

L’article de décembre 2014:

https://trainsurtrainghv.com/2014/12/19/lui/   

GHV

Le biscuit

le.biscuit.hghomme (66)

« Repas, banquet… »: qu’évoquent ces mots pour toi? Ch. interrogé devant sa première tasse de café répond presque spontanément : » la Cène ». Je sais, il a gardé de son passage à Milan un souvenir très fort de la fresque de Léonard de Vinci.

La même image s’était présentée à mon esprit quelques instants plus tôt alors qu’encore sous la couette, un livre de Michel Serres à picorer entre les mains, la tête en friche, je cherchais l’idée d’un repas à organiser pour six voire plus, quelque chose de symbolique et chaleureux…des réjouissances. Et voilà que je tombais sur cette page où l’auteur sur le thème des tables évoquait lui aussi la Cène, la liturgique, non l’image restituée par un peintre .

Et moi alors de me rappeler le Festin de Babette lu récemment mais je n’ai pas vu le film, la Grande bouffe de Ferreri , le Banquet de Platon (Michel Serres le cite aussi )…Aussi de mon enfance le souvenir du banquet des chasseurs, ou celui  des « anciens » , des repas de noces ou des funérailles. Dans l’ordre : le  dogme institué du partage, l’ode au Clos-Vougeot et au raffinement culinaire, la désespérance, les questions posée sur l’Amour et enfin  les rites de nos bonnes sociétés.

Pour ces agapes que je prévois il me faudrait les convives choisis, des odeurs, des saveurs,des paroles, quelques rituels et de la joie. Quoi encore?GHV.

Illustration GHV: Le biscuit ,croquis du train entre Gare du Nord et Epinay sur Seine.