Archives de tags | Dessiner

La tranchée portugaise.

tranchee-portuguaise1

Article avorté hier: celui sur le trajet entre les deux gares, Epinay -Villetaneuse et gare du Nord .C’ést devenu une occasion plus rare que d’y dessiner, retraite oblige.

Ce matin l’esprit préoccupé par ce projet de séjour à Lisbonne en octobre avec Claudine (Amie depuis l’adolescence). A ce propos je tente de reprendre contact avec Dalia connue il y a cinquante ans, (My god!) et que j’ai toujours sue retournée vivre dans son pays d’origine .Aller-retour au bout de la rue de la Chevrette ou je lui ai posté une lettre. Me mords  la langue pour ne pas interroger l’équipe de terrassiers, tous portugais,  dont j’aimerais tant savoir de quelle région ils viennent exactement.Ils sont occupés à éventrer la rue , à poser une conduite d’égoût pour un nouveau pavillon. Les gens de la « communauté » israélite implantée dans le quartier achètent les maisons à vendre et dans les mois qui suivent les jardins en sont sacrifiés au bénéfice d’une nouvelle construction.

Ce matin encore ma gardienne, de Zouminha au sud de Lisbonne, m’a noté toute une liste sur des lieux à voir ou choses à découvrir.

Onze heures: je dessine de mémoire la tranchée, le chef d’équipe, l’ouvrier sur sa pelle.Pas les nuances  de gris dansantes  des trois pigeons dans le vert tendre de la pelouse: trois pépites de la beauté dévolue aux « petites choses inimitables » comme j’aime à les nommer.GHV

PS: en relation avec la fascination sur les travaux de la rue…https://trainsurtrainghv.com/2014/09/01/banlieue-moche-vers-epinay-sur-seine/

Le carnet 1 de Robert.

petit carnet1Robert a écrit sur les quatre premières pages de l’un des deux carnets qu’il m’a offert pour mon départ.

Ils tiennent  dans ma main. Sentiment nouveau pour moi qui n’aime pas les petits formats, les 15/21 étant mes habituels. Et puis adoption…

Il m’appartient de les remplir.

Sur le premier je n’ai dessiné que des pieds, de Michel-Ange, de christs du moyen-âge, d’animaux de Rubens(un sabot, une patte de lionne),d’un démon de Schongaouer,  de bois, de pierre , esquissés  ou peints, j’en passe.

Du Carrache, Annibale de son prénom,les pieds paresseux d’Hippomède lequel pour dépasser à la course la trop véloce Atalante la   séduisit avec trois pommes d’or  lâchées au sol et qu’elle ne pu s’empêcher de cueillir. Son adversaire en arrivant premier l’épousait! Mais aussi il échappait à la mort qu’elle réservait aux prétendants malchanceux.

Je  réserve le deuxième aux mains. Il sera plus facile d’en trouver des représentations et plus nobles aussi .

Il en fut de mes recherches comme celle d’un néophite en vide-greniers qui cherchant un objet au milieu d’un fatras sans nom mais  parce qu’il se donne un but découvre des perles .GHV

 

 

Dessiner à l’AAP d’Epinay sur Seine.

Détails.dessins à l'atelier des Econdeaux.Epinay sur Seine

Détails.Dessins à l’atelier des Econdeaux.Epinay sur Seine

Dans la série La faute à Guillaume, liste de ce qui se pratiquait ce samedi matin à l’atelier :

-Salutations et café; soleil au carreau.Yolande.

-Accueil du nouveau: Sofiane. (Celui ci devrait s’inscrire comme modèle.)

-Installations diverses.

-Dessiner.Silences.

-Blagues et  rires.

-Pour moi le portrait du fils Guillaume, celui de Cézanne ( pas le professeur).

-Discussions sur Echo et Narcisse, la rancune, le manque de communication, l’expo passée et l’art des accrochages. Le permis  et la voiture de Guillaume.

-Café pour les adultes et jus de fruits pour les plus jeunes

-Quatre pages de croquis plus tard:silences et concentration.J’ai croqué Sofiane ,la jeune fille belge , les trois plus jeunes, Emilie et Guillaume un peu.

-Le café renversé sur le carnet. Annie petite mère qui m’aide…

-Dessiner, voir: les conseils de Guillaume pour Pierre.Le pourquoi du regard du prof.

-Trois qui peignent dans leur coin…..

La prochaine fois modèle vivant. GHV