Tag Archive | dessin

L’homme du train et le Shakirail.

homme.du.train

Aller-retour sur Paris et deux croquis et trois photos. Celles-ci seront pour après demain lorsque j’en viendrai à écrire sur le Shakirail lieu de l’exposition de l’ AA263 à laquelle je participe.

La capitale elle me parait de plus en plus sale.

Mais j’ai eu aujourd’hui mon sourire. Celui amusé de l’homme.du.train que j’ai dessiné et qui m’a invité sur le quai à aller boire un café. Mots hésitants, intérêt non dissimulé pour le carnet et son  portable qu’il me montrait. J’ai cru qu’il voulait la photo du dessin. J’aurai pu le lui donner mais j’y tenais à cause du sourire…Je lui ai donné ma carte avec l’adresse du blog et ma promesse d’y faire paraitre  le dessin. M’a-t-il comprise? « Oui un de ses amis avait un ordinateur… »en me glissant dans la main deux caramels enveloppés de papier cristal.

Non, je ne pouvais accepter pour le café : j’avais rendez-vous à 15h au Shakirail pour y déposer mes dix modules 50/50cm. Le lieu est improbable, assez déjanté..Je vous en parlerai donc d’ici peu et aussi du travail de Déborah. C’est elle qui nous a fait visiter les lieux.  GHV

Journée des associations à Epinay sur Seine.

asunta

Quelle ville n’organise pas sa journée des associations?

A Epinay c’était à l’espace Lumière et au gymnase.

Force est de reconnaître que peindre ou dessiner ou modeler attire autant adultes qu’enfants. Une association avait proposé à sa nouvelle professeure de travailler en situation et c’était là une manière idéale d’attirer l’attention ,d’inviter à un regard respectueux, de suciter des envies . Parce que de l’association j’étais ravie de capter l’instant du bout de mon crayon dans l’esprit de l’arroseur arrosé.

On a aussi répondu aux curieux , expliqué les horaires ,et autour de notre stand entendu des notes, vu des prouesses plus sportives, posé des questions, ,observé la foule,les notables, bu un coup et mangé une crêpe ; c’était le jeu.

Et l’on  s’est aperçu que l’on connaissait pas mal de monde. Emilie plus en verve encore  qu’avant les vacances,( est-ce donc possible?), Yolande dans ses projets et qui posa sans faiblir pour Asunta, Françoise et ce carnet que je rêve de voler, Richard et son regard tranquille, Mr Le Q. à la recherche du club de philatélie, Eliane en recherche d’activités, et surprise…des abonnés du blog qui viennent saluer. GHV

La beauté sauvera le monde.

IMG_0165

 

Quelques jours dans les Vosges, et un voyage en train façon escargot,  humides journées entrelardées d’éclaircies pour commencer une tranche de vie nouvelle.

La beauté sauvera le monde.

Mais qui a bien pu dire cela ? Comme moi,  sans doute, vous le savez ou l’avez su parce que lu ou entendu et puis  oublié ; à cela s’ajoute l’indolence et la flemme de chercher.

Et c’est en lisant La légèreté que j’ai enfin réappris qu’il s’agissait de Dostoïevski,  dans L’idiot.

Je viens de relire le récit de la descente aux enfers puis de la renaissance  de Catherine Meurisse auteur de dessins à Charlie ; elle me l’a rappelé.

La beauté l’a sauvée. Entendre par beauté, l’art dans son ensemble : peinture,  littérature,  cinéma, musique et théâtre. Pendant ces mois, elle n’a pas cessé de dessiner mais son trait était sec,  dit-elle.

Rescapée, comment survivre ? Comment ne plus être prisonnière de sa souffrance ? Il faut y travailler et être entourée. La sidération lui a fait perdre la mémoire. Le massacre l’a plombée et le discernement s’est envolé. Alors, le vent du large, l’océan puis les livres, la peinture et son séjour à la Villa Médicis la remettront debout. L’Italie pour le syndrome de Stendhal qu’elle appelait de ses vœux et qu’elle trouve lent à se manifester, a opéré.

Elle raconte ce chaos mental au travers d’un dessin épuré et léger presque flottant. Il traduit ce mal  provoqué par le choc, la déflagration de l’attentat du 7 janvier 2015 auquel elle a échappé de justesse. La petite bonne femme du dessin se bat avec ses démons et parvient à sortir la tête de l’eau et comment ! Elle  parle toujours à ses amis dessinateurs.

Délicat et très beau.

ELB 

La légèreté   Editions Dargaud