Tag Archive | banlieue

Lettre à Lucile.

   hgfemme12

Lucile,

Vingt quatre ans ,  deux en Californie dont te voilà presque citoyenne : la nouvelle  petite émigrée de la famille après tes grands parents venus de Sicile !

Je pense souvent à toi.

Il me plait par exemple d’imaginer que tu lis le blog. Je le fais aussi lorsque je dessine sur ma banlieue d’autres jeunes femmes qui assument également  une situation d’émigrée sous le ciel où se sont arrêtés leurs parents où parce qu’elles s ont choisi ici un travail, un compagnon…Elles ont ton insouciance, des rêves, ta détermination. Mais j’entends parfois à leur sujet  des commentaires, je lis des mots tranchants. On n’a pas à accepter parait-il la non –intégration, ou «  l’intégration devrait effacer  tout comportement lié aux origines », « la différence serait gênante »… que « Trop c’est trop ».

T’arrive-t-il d’évoquer cette famille qui est la tienne, où décennie après décennie, les liens vont se dénouer ? Tes grands-parents : encore tous ici sur Villeneuve la Garenne et sur Asnière ? De la fratrie des  quatre  , ton père qui a choisi le soleil du sud , les autres restés ici ?Des neufs de ta génération dont tu es la sixième, le parcours de chacun ? Et tu as déjà rajouté Alexander (le Grand !le conquérant) dont j’aime le prénom tant yankee que méditerranéen,  alors  qu’ici étaient nées déjà Chiara et Sienna de consonance plus italienne.

Tu es partie il y a donc deux ans déjà non dans l’espoir d’une vie meilleure mais enlevée par un bel  « americano », sur son cheval d’acier, un Airbus j’ose l’espérer, et non pour échapper à un destin désespérant mais pour vivre ta vie. L’enjeu n’est pas le même pour toi que pour Aicha, Myriam, Linda, Sophie de Chine, Zvetlana,  Bakoto,  Sangirthana…mais vous avez en commun votre jeunesse, la joie , la préoccupation de l’instant, des craintes mais l’énergie, et entre vos mains l’avenir du monde (ah, les grands mots !!!) que nous devons vous transmettre .Tu me diras : le monde tournera bien tout de même. Certes mais je te souhaite en ce jour d’anniversaire ce regard affectueux, patient et attentif que doit être celui de ma génération pour qu’il tourne mieux.

Nous te voyions très bientôt ; tu rentres au pays pour marier ta sœur. Fête de famille en perspective : je ne saurais dessiner l’impatience de ta mère !

Affectueusement ,ta tante.

GHV

Le temps d’un voyage

 Tous les mêmes

Depuis des années prendre ce train là ( Epinay sur Seine,via Gare du Nord) sortir « le » carnet, un feutre fin, parfois  un  stylo et pendant  ces quelques minutes de trajet, dix exactement, capter un visage , une attitude…

 Il arrive que le train soit généreux,  s’attarde, m’offre pour un signal bloqué le temps d’enrichir un dessin , d’accumuler les croquis et quelques minutes de plaisir en prime.

.

Lire la Suite…