Tag Archive | arbre

Haïku du jour.

 

Fantaisie de star

Dans l’arbre se niche la lune

Fraîcheur de l’air.

 

ELB

Arbres si beaux.

bords de seine-epinay (6)

Le printemps passe trop vite. C’est ce que me dit Françoise alors que nous suivons le chemin de halage le long de la Seine à Epinay . Nous nous arrêtons devant le saule dont je sais avoir photographié le corps insolant de santé vigoureux et nu  il y a trois semaines  à peine. Aujourd’hui le squelette massif est comme enchâssé dans un écrin de verdure.

arbresibeau

 

Il y a quelques jours  Evelyne (ELB pour les habitués du blog) m’accompagnait sur un de ces chemins lotois  qu’aucun guide de chemins de randonnées ne mentionne,entre Miers et Padirac, blanche castine et haies tendres ,soleil , bleu  bleu le ciel. Trop bleu: Robert Doisneau séjournant chez son ami Jean Lurçat  aux tours de St Laurent désespérait de le saisir en couleur.

Dans ce petit val un ruisseau murmure que les herbes déjà hautes dissimulent au regard. Les prés ne seront plus jamais aussi verts qu’en ces derniers jours d’avril ni aussi délicatement fleuris. Les arbres à l’assaut des roches taillées dans les derniers mamelons du limargue leur font une ombre encore légère. Je songe à ce livre dont nous parlions peu avant : Sur les chemins noirs de Syvain Tesson.

 

 

françoisedessinant

Promenade spinassienne terminée au Bistrot de Paris rue de Paris face à la médiathèque .D’ordinaire  la clientèle est surtout masculine mais nous nous attablons à côté d’ un trio de vieilles dames que Françoise croque et je croque Françoise. En silence ou presque après avoir évoqué les plantes, oiseaux, amis, nos vies aussi, le travail entrepris à l’atelier.Nous n’avons pas évoqué les élections. GHV

L’écorce de l’arbre.

grève1

D’une salle dans le grand bâtiment en bordure de Seine au troisième étage, à hauteur d’yeux : la cime des arbres.
Le feuillage des platanes palpite comme un cœur ou un poumon. Je sens presque l’oxygène qu’il essaie de nous dispenser nous évitant l’asphyxie. Je respire même de ce perchoir, un souffle léger, comme un air de liberté.
En rentrant, revenue au niveau de la rue, je suis soudain attristée en voyant le pied de ces arbres, ainsi en contention, enserrés, enchâssés par le bitume ou une petite grille les étouffant. Quelle force pour puiser autant d’énergie et je me rassure presque instantanément. Est-ce pour cela que son écorce est légèrement marbrée ? Je trouve tout à coup touchant que l’étymologie de livre, liber en latin, soit l’écorce parce qu’il arrivait qu’on s’en serve comme support d’écriture.
En longeant le parc, je retrouve les arbres, remarquables ou pas. Les deux ginkgos, l’oranger des Osages ainsi que l’arbre à mouchoirs qui a disséminé ses feuilles blanches gardant les vertes, bien amarrées. L’illusion est totale. Et c’est tous les ans la même surprise et la même grâce, renouvelées.
Je repense au platane de tout à l’heure, sur le boulevard dont les racines iront probablement plonger dans la Seine leur soif de liberté. Arbre de vie. Ceux des allées, rongés par le chancre ont été abattus .Nous ne verrons pas l’ombre violette des prochains.
Je suis toujours triste, comme vous je suppose, quand un arbre- soit par la tempête soit pour cause de maladie- est abattu un peu comme si en nous survivant, ils nous prolongeaient et transmettaient une part de nos secrets ou de nos pensées intimes.

Je croise un vieux monsieur, l’air hagard qui me demande un siège et une cuillère pour manger les pots de compote qu’il vient d’acheter me disant :
« Il faut manger les victuailles dès l’achat, rien ne sert d’attendre » Il me dit avoir laissé sa voiture aux pneus crevés à deux rues de là. Mais cette rue n’existe pas et il n’a probablement pas de voiture.
Il doit bien exister un arbre auquel il se serait confié et juste avant de tourner vers la place, une femme qui pourrait être la sienne, l’appelle en criant. Il lui sourit tel un enfant et la rejoint. Aujourd’hui encore, son écorce fragile l’a sans doute protégé.

ELB

Relire L’homme qui plantait des arbres de Giono.