Tag Archive | ange

Le tatoué

tatouage

Croquis petit, assez petit.

Couleur: Jaune. Éclat de rire et lumière.

Tatoué singulier.Evidemment. Mais plus par sa silhouette aiguë et ramassée et la barbichette de derviche que par les arabesques brodées  sur une seule moitié de son corps.

Mon  feutre une fois arrêté et alors que je cherchais  du regard un autre modèle , j’entends une voix rieuse:  » Vous allez le lui montrer? »; Assise tout à côté de moi je n’avais pas pu voir son visage d’ange, son teint d’épice et l’ intelligence  de son regard…Quelques instants encore elle observe se faire mon deuxième croquis. Nous descendons toutes deux à Epinay- Villetaneuse. GHV

Publicités

Haïku du jour.

Il a pris souffle

Sa frimousse d’angelot

Nous inspire.

ELB

Un coeur pour bercer l’ange

IMG_0902

 

 

 

 

 

 

Un cœur pour bercer l’ange

Je les attendais depuis samedi dernier, les belles pépites blanches, fragiles, éphémères.
Etoiles tombées du ciel et l’ange n’est pas loin.
D’ailleurs depuis ce matin, de ma fenêtre un cœur pour recueillir peut-être l’ange aux ailes de papillons. Quelle jouissance de battre des ailes dans la neige.
Quand j’ai entendu, car à la lecture on entend ledit petit ange dire : « Je fais l’ange », cela a réveillé en moi quelques jeux d’enfants comme « Je fais l’avion » et on volait, bien sûr!

Hier au soir, il a enfin, neigé.
Dans l’après-midi, tout était devenu blanc, gris uniforme et on la sentait qui arrivait. Tout bruit devenait sourd.
Magie pour la plupart et presqu’aucun secret pour les scientifiques.
Cristallisation de gouttes d’eau faites d’air froid et de vapeur d’eau : quelle alchimie ! La neige nait dans les nuages quand l’air se refroidit et que sa température devient inférieure au point de rosée c’est à dire inférieur à zéro, m’a-t-on expliqué.
Définition, car je suis allée voir- Point de rosée : température à laquelle la vapeur d’eau de l’air commence à se condenser. Le point de rosée : j’avais oublié mais c’est joli. L’explication scientifique n’est pas exempte de poésie et le charme n’est pas complètement rompu.
Ces étoiles de l’éphémère ont enchanté quelques Noël de notre enfance et je me rappelle un texte de notre livre dit de lecture courante dont le titre était :
« le Père Noël plume ses oies ».
L’image m’avait plu. A présent, les plumes adoucissent les contours trop abrupts parfois, de nos paysages urbains.
Quel bonheur de voir palpiter dans l’air du soir, volatils et voyageurs ces papillons de neige qui se balancent, presqu’insouciants.
Grâce et légèreté. La même que celle du petit ange de ce matin chez Huguette.
Sans vouloir tomber dans la nostalgie, vous rappelez-vous la ballade des dames du temps jadis de Villon reprise par Brassens.
Les neiges d’antan, ce ne sont en fait que celles de l’an passé. Eh oui, tout fond comme neige au soleil. C’est la notion du temps qui passe, thème récurrent en poésie.
Néanmoins, la ballade est jolie.
Je secoue mes bottes et rentre à la maison et jusqu’à la prochaine neige, je vais les remiser à la cave.

Et si les atomes dont nous sommes faits viennent des étoiles, comme le dit l’astrophysicien Hubert Reeves, nous n’avons pas fini de regarder le ciel.

Evelyne Laplaze Blaya