Archive | arts RSS for this section

Sylvie Koenig et son marché

                                          Sylvie Koenig; détail.

 

« La nature morte est une peinture qui représente des objets inanimés… Dénuée de toute anecdote, de toute action,elle est considérée comme étant le genre le mieux à même de révéler l’existence même des Formes, des couleurs et des valeurs dans la lumière. »(Vocabulaire d’Esthétique.Presses universitaires de France.)

panneau.sylvie.koenig

Sylvie Koenig. Assemblage de quatorze carrés.

Sylvie sans pinceau, sans pigments, en découpant de très jolis sacs de papiers récupérés au marché, en  assemblant ,photographiant puis imprimant, enfin en brodant à la machine, se réjouit des formes et des couleurs qu’elle nous propose sur une tenture de coton, étal léger sur lequel nous pouvons faire notre marché de fruits, de légumes ou de fleurs en choisissant pour sa texture, son grain, une couleur , un souvenir, une évocation. Il suffit de retirer quatre épingles   .

Fil et trames: Pénélope je m’en souviens tissa un linceul pour Laerte le père d’Ulysse; brodeurs et brodeuses depuis la nuit des temps ont enfilés tant d’aiguillées, de nos jours Annette Messager nappe parfois ses images de fils en rideaux et Sylvie avec la même patience dessine et dessine encore au rotring multicolore de sa machine à coudre . Elle le fait sur la grâce fragile de papiers délicats, en couleurs qui subliment les étranges rondeurs et différences de fruits et légumes biscornus mais si appétissants.

A mes yeux donc natures mortes que ces ouvrages de doigts et de musique intérieure ; Me le confirmerait-elle? Visible encore à la galerie de l’AAB jusqu’à demain dimanche 17 juin, près du métro Couronnes à Paris .(Voir article précédent pour l’adresse).

Et puisque les mots évoquent j’ai choisi à cause de celui ci une œuvre de Luis Mélendez, peintre de bodegones au XVIIIème siècle. De ce peintre espagnol  -Espagne ou l’ art de la nature morte était sensé restituer harmonie et sérénité- j’ai toujours aimé la sourcilleuse précision avec laquelle il imposait les caractéristiques de chaque fruit ou objet, les isolant du monde extérieur et nous obligeant à une saine humilité.

Voir une œuvre de Luis Melendez:

http://www.elcuadrodeldia.com/post/148598255368/luis-egidio-mel%C3%A9ndez-bodeg%C3%B3n-con-ciruelas


 

 

 

 

Publicités

Haïku du soir.

Les nuages

Ont englouti les étoiles-,

Nuit sans lune.

 

ELB

La marche de la poésie.

 

…au drapeau transparent.

Dans son film  » La boîte aux lettres du cimetière « , le réalisateur Francis Fourcou , et ami du poète Toulousain Serge Pey,  suit cette marche depuis Toulouse jusqu’à Collioure pendant la deuxième quinzaine de mai 2014.

Rendre hommage au poète Espagnol Antonio Machado en allant sur sa tombe.

…Le chemin se fait en marchant. Et quand tu regardes derrière toi, tu vois le sentier que tu ne dois jamais fouler à jamais. a écrit le grand poète.

La photo est belle, le film poétique. Les mots flottent dans l’air, dansent au-dessus de l’eau paresseuse du Canal du Midi et dans les villages, l’alphabet s’égrène en sortant des boîtes aux lettres. Moments magiques d’incursions irréelles dans ce paysage en grande partie audois.

Et le vent dès le début du film, ce vent omniprésent, dans les herbes, les platanes ou dans les blés encore verts de mai. Son souffle fort et puissant comme un poème épique.

Sur le trajet, quelques arrêts symboliques, des actes de poésie et de résistance. Un drapeau transparent porté par les marcheurs ; il claque au vent et on peut y écrire ce que l’on veut. Je crois que c’est le drapeau qui questionne le plus.

Au seuil de Naurouze, partage des eaux, brève rencontre avec un chilien exilé, puis à Carcassonne, la Maison des Mémoires, celle du poète Joë Bousquet dont je vous ai déjà parlé, et à Couffoulens, petit village au milieu des Corbières, au Théâtre dans les vignes, belle réussite, la lecture de Pey, théâtrale et martelée adressée à Barack Obama. L’ardeur y était et c’est  le thème du printemps des poètes de cette année.

La terre cathare a payé son tribu à l’histoire et ce n’est pas par hasard que le chemin se fait par-là, aussi au milieu de ces châteaux dits cathares. La résistance de ces bonhommes-c ’est ainsi qu’ils s’appelaient-, vivant la foi comme les premiers chrétiens fut rude et l’oppression de l’église les considérant comme hérétiques, féroce. Le lien à faire n’est pas loin, avec l’épisode de la guerre civile espagnole qui heureusement n’a pas duré autant que l’inquisition qui suivit mais parfois, comme pour les séismes, l’histoire a des soubresauts et des répliques.

En tant que fils de réfugié espagnol arrivé en France début 1939, comme Machado, le poète Toulousain, très marqué par son histoire personnelle, arrivé à Collioure, plante sur la plage dans une grande indifférence une sorte de cimetière. Seuls quelques enfants sont allés vers le groupe de marcheurs militants poser quelques questions.

En effet,  grâce à une photo de son père au camp d’Argelès, retrouvée dans une exposition, une idée émerge. Il duplique.Chacune d’elle est avec force piquée d’un bambou dans le sable. Pour se rappeler que ce lieu de détente et de plaisir fut autrefois un lieu d’exil, de douleur.

Sur la tombe de Machado sans cesse visitée, il y a une boîte aux lettres pleine de mots et de maux, sans doute, des cailloux, petits ou grands retenant des morceaux de drapeau républicain. Pey lit  sa missive à Don Antonio comme il l’appelle ; j’aurais aimé entendre quelques mots d’enfants et d’autres lettres. Le chemin ne s’est pas fait tout seul mais il se fait facteur des mots et le poète est selon lui un facteur  et je suis bien d’accord.

Démarche intéressante et performance émouvante mais à vrai dire, j’aurais aimé un peu plus de Machado et un peu moins de Pey. Je ne connaissais pas du tout ce poète. Son bâton de marcheur est plein de gribouillis. Sa particularité est d’écrire ses poèmes sur des bâtons et c’est un graphisme étonnant. Il écrit sa poésie, la lit et la dit avec force, en marchant ou debout,  statique, scandant avec ses pieds. Il va, comme on dit et ce faisant,  se fait croiser des univers artistiques qui nous réveillent.

Serge Pey a reçu le grand prix national de la société des gens de lettres 2017. La boîte aux lettres du cimetière  est parue chez Zulma.

Quant à Antonio Machado,  » …il dort à Collioure… »   et reçoit toujours du courrier. Il ne faut pas oublier que c’est grâce à André Malraux, Albert Camus, René Char et Pablo Casals, entre autres qui ont fait construire une tombe décente en 1958, que le poète exhumé ainsi de la provisoire est enterré dignement. Tout ceci a été rappelé au ciné-club par le réalisateur.

A peine un mois après son arrivée à Portbou, déjà malade, il meurt le 22 février 1939 à Collioure, juste quelques jours avant sa mère.

Appartenant à la Generacion del noventa y ocho (dont Unamuno, Pio Baroja…) il participa à cette rupture avec l’ancien monde. Celui des faux semblants, des genres littéraires convenus.

Caminante, no hay camino, se hace camino el andar !

 

C’était hier au soir au Ciné-club de Gramat. Nous étions une quarantaine.

A lire ou relire Campos de Castilla

ELB

 

Extraits :

Poésies de la guerre

XII

Le crime a eu lieu à Grenade

A Federico García Lorca

I

Le crime

On le vit, avançant au milieu des fusils,
Par une longue rue,
Sortir dans la campagne froide,
Sous les étoiles, au point du jour.

Ils ont tué Federico
Quand la lumière apparaissait.
Le peloton de ses bourreaux
N’osa le regarder en face.
Ils avaient tous fermé les yeux ;
Ils prient : Dieu même n’y peut rien !
Et mort tomba Federico
– du sang au front, du plomb dans les entrailles –
… Apprenez que le crime a eu lieu à Grenade
– pauvre grenade ! -, sa Grenade…