Voir Naples.Cinquième jour. Jeudi.

Nous avions déjà reconnus Paro allaitant Cimon dans Les sept œuvres de Miséricorde du Caravage et cela le lundi ,deuxième jour de notre séjour.et nous les retrouvons ce matin dans le cabinet des érotiques du musée d’archéologie. Pourtant ne nous y trompons pas , la scène romaine (ou grecque? ) ‘évoque un acte de compassion ,rien de grivois. Paro rendant visite à son père emprisonné et condamné à mourir de faim lui donne le sein en cachette. L’histoire rapporté par Valère, par Pline l’ancien aussi, se terminera bien: un gardien troublé par la résistance du prisonnier découvrira le pot aux roses et les juges émus libéreront le père. Pour le Caravage le thème est connu . Mais au XVIème siècle le voilà qui mêle dans un même tableau mythologie et témoignage chrétien comme le personnage de saint Martin offrant son manteau à un pauvre, ainsi que des scènes bibliques ou d’autres profanes . De quoi méditer aussi sur les apports des différentes cultures et s’interroger sur l’évolution de ce thème de la miséricorde de nos jours.

Moins de fornication qu’il n’y parait dans ce fameux cabinet où ls femmes étaient autrefois interdites , que Mussolini fit murer et où les enfants doivent rentrer accompagnés . Leur expliquer bien sûr l’hymne au plaisir et à la sensualité et que plus le pénis est monstrueux plus l’invocation qu’il représente est importante. Les romains peuple agricole croyaient à l’éternel retour, au renouvèlement, à la régénérescence et exposaient ces images pour attirer les faveurs de la nature.

Paro et Cimon. Fresque de Pompei; Musée d’archéologie
Les sept œuvres de miséricorde; Le Caravage. Détail.
Fresque. Détail décor.

Douceur et fraicheur des représentations d’animaux, mises ici à l’abri après les découvertes de Pompéi et d’ Herculanum. Dans les villas romaines la nature était représentée avec une délicate sincérité. Il n’y a plus guère que nos calendriers pour mettre les bêtes à l’honneur dans nos cuisines! Et les reportages d’Arte. L’impression en parcourant les salles de feuilleter mon manuel de latin.

Jeune étudiant;
Etudiants-guides devant les coureurs de la villa des papyrus à Herculanum ;musée d’archéologie de Naples

Ce jour là au musée nous dialoguons avec les yeux et en sourires avant de comprendre que les jeunes gens en position devant les œuvres se proposent pour informer dans notre langue; Certains sont très à l’aise ,d’autres s’appuient sur le texte qu’ils ont appris par cœur. Gare à la question assassine qui va les déstabiliser.! En français donc l’histoire des mosaïques et des tesselles de verre et du coureur d’Herculanum, réplique en bronze d’une œuvre grecque mais auquel le propriétaire de la villa des papyrus à Herculanum fit adjoindre un compagnon pour valoriser l’effort du vainqueur.

Pour avoir perdu dès le deuxième jour le guide du routard les promenades en ville sont devenus plus libres. J’avais tout de même repéré cette halte repos dans le parc de Floridiana quelque part dans les beaux quartiers de Vomero . Dès l’entrée on s’immerge dans un havre de fraicheur . Charme des jardins à l’anglaise, impression de circuler dans les volutes d’un coquillage de verdure… Les acanthes ont envahi les sous bois. Un jardinier agenouillé lutte pour en désherber les abords, arrachant à mains nues des touffes herbes. Je prélève discrètement une pousse de quelques centimètres espérant de ce bien mal acquis les feuilles géantes et les hampes orgueilleuses qui se dressent ici. A chaque tournant une nouvelle vue: une pelouse d’herbes folles, une clairière au soleil investie par les chats, une fontaine, des escaliers en cascade, une trouée vers la ville, des arbres somptueux. le château …

Entrée du parc Floridiana.
Acanthe.

C’est là assis sur un banc que nous arrive par tel. la demande par G. d’un maillot du Napoli, , »peu importe le prix! » . « Si nous trouvons ça » lui répondons nous perplexes.

A une centaine de mètres du parc, via Merliani le vendeur d’un magasin de sport nous indique à quelques portes de là le drapeau italien et la seule boutique qui vend les fameux maillots. Pourtant personne ne nous avait offert la fameuse corne porte-bonheur de Naples!

Où acheter le maillot du calcio de Naples. Via Merliani.

Demain dernière journée avant le départ samedi. GHV

PS: https://journals.openedition.org/pallas/1457 pour des informations plus pointues sur le mythe de Péro et Micon de véronique Prioux Toutefois une coquille(inversion des noms dans le paragraphe trois) peut prêter à confusion . GHV

Étiquettes : , , ,

About trainsurtrainghv

Le blog initié pour extraire de leurs carnets mes croquis du train (GHV:banlieue, quotidien, voyage petit, paroles singulières), prend corps avec les mots d'Evelyne (ELB: déambulations parisiennes et banlieusardes, sensations et constats et depuis peu retour sur le Lot). La palette de notre enfance quercynoise nous autorise ce regard particulier sur le monde citadin et banlieusard et sur la vie en province. GHV

One response to “Voir Naples.Cinquième jour. Jeudi.”

  1. hyacinthe46 says :

    C’était le jour des portraits…y compris celui de la femme dite de Sapho.Je ne sais si tu t’en souviens, c’était la couverture d’un de nos livres de latin, ou celui de grammaire ou celui des thèmes et versions. Ce serait plutôt celui-là et je l’affectionne particulièrement. Sans le savoir une de mes filles m’en a rapporté une carte postale qui trône depuis sur une des étagères devant celle représentant il ritratto di Paquio Proculo e della consorte (da Pompei).

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :