Voir Naples, deuxième jour. Lundi.

Deuxième journée à Naples et dès le début de la matinée descendre depuis le quartier de Chiaia voir la mer. Il nous suffit de se laisser guider par la rue en lacets en prenant garde à l’étroitesse des trottoirs. Ch. est heureux: un pays de palmiers c’est à ses yeux une terre riche, un ciel de soleil, un monde de souvenirs; il en aime la silhouette, je leur trouve des allures de plumeau ou de barbus hirsutes. Ils rivalisent d’énergie pour humilier, dépasser, les plus hautes façades des palais et des hôtels dont ils décorent la moindre cour.

La baie nous y sommes très vite. Traversée l’avenue Francesco Caraccio la mer est à nos pieds,qui vient agacer l’imposante barrière de roches installée pour protéger les quais. Pas un bateau en vue. Nous allons marcher trois heures, le long d’une succession d’hôtels ,retrouvant de loin en loin l’imposante silhouette du castel Sant’Elme, découvrant celui del’Ovo, le port ou déambulent quelques réfugiés, des groupes de touristes italiens ou étrangers qui trainent leurs valises. Des ouvriers travaillent sur un chantier semble-t-il arrêté pour fouilles. Des soldats surveillent un carrefour, quelques rares mouettes se posent sur la rambarde, des étudiantes y installent du fait main à proposer aux passants. Nous passons les énormes paquebots de plaisance aperçus la veille Il fait de plus en plus chaud. .De Plaza Municipio jusqu’à la gare il faut zigzaguer sur des trottoirs envahis et l’on commence à découvrir un monde de boutiques, de marchands à la sauvette , la circulation se fait bruyante. Plus tard dans l’après midi nous nous glisserons dans le quartier historique.

Via del tribunali

« No foto », »no sedersi »…ne pas s’assoir. Et il y a foule à cette heure là dans la chapelle Sansevero. Allongé le christ de Gisuseppe Sanmartino semble dormir. Le public défile comme pour une visite funéraire et s’étonne de l’ étrange sommeil sous la légère gaze de marbre.d’un homme fait dieu et que la mort semble ignorer.

Il n’est pas interdit de dessiner; la Pudeur puis un ange posent avec sérénité.

ange
Etude des sept œuvres de miséricorde du Caravage

Voir les Sept œuvres de miséricorde du Caravage exigeait plus de calme et bien que la chapelle Pio Monte della Misericodia soit exigüe il s’y trouvait à cette heure choisie peu de visiteurs. Les lignes de la composition donnent à la scène un rythme aussi dansant que léger . Les paires d’ailes déployées, les bras par deux associés, les visages rapprochés, ,l’élan de chaque geste , les touches de rose, les blancs puissants, deux taches de vert, les bruns chauds, la flamme au centre surgissent repoussés du fond par l’intensité de son noir.. Les actes de miséricorde y sont le fait d’hommes et de femmes ordinaires, modernes, la part céleste s’enfuit dans une spirale aussi allègre que gracieuse . Ce tableau fut-il commandé et jugé nécessaire pour rappeler aux croyants de la fin du XVIeme siècle à des devoirs d’assistance, d’entre-aide, de compassion?

Retour avec le métro. J’en parlerai un autre jour. La nuit doit être reposante: demain nous prendrons le train pour Herculanum.GHV

About trainsurtrainghv

Le blog initié pour extraire de leurs carnets mes croquis du train (GHV:banlieue, quotidien, voyage petit, paroles singulières), prend corps avec les mots d'Evelyne (ELB: déambulations parisiennes et banlieusardes, sensations et constats et depuis peu retour sur le Lot). La palette de notre enfance quercynoise nous autorise ce regard particulier sur le monde citadin et banlieusard et sur la vie en province. GHV

4 responses to “Voir Naples, deuxième jour. Lundi.”

  1. Irène says :

    Un carnet de voyage généreux …. pur plaisir à lire!

    J'aime

  2. Francine servolle says :

    Oh merci Huguette pour cette fabuleuse balade à travers Naples….

    Aimé par 1 personne

  3. Antonio Pavón Leal says :

    Maintenant j’ai plus d’envie de visiter cette ville italienne. On connaît le dicton : »Voir Naples et après mourir » (pas immédiatement, bien entendu). Cordialement.

    Aimé par 1 personne

  4. hyacinthe46 says :

    Merci pour la balade, Huguette. On s’y croirait!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :