Archive | novembre 2018

Haïku du soir.

Par le vent d’automne

Aux quatre vents dispersé-,

L’odeur de l’humus.

 

ELB

Notes musicales sur du foin.

amoureux.jhv.jpg

Je cite Abel Tiffauges, personnage de Michel Tournier dans Le roi des aulnes .1970.  Cela commence ainsi:

« 6 avril 1938: »…(déjà vous calculez , vous situez …)

« 6 avril 1938: Renault lance une gamme de véhicules à gazogène. Des camions de mille à cinq mille kilos et des cars de dix-huit à trente places qui partent directement sur le bois après cinq à six minutes de combustion. Un système breveté assure la production du gaz pendant les descentes  prolongées et permet des reprises énergiques.. ( Là encore vous avez un peu froncé le sourcil  sur ce départ « sur le bois »  avant d’abandonner l’image bucolique d’un bosquet pour imaginer respirer l’odeur de bûches en flammes sur un simple coup d’accélérateur.)

 L’appareil est équipé d’un filtre simple sans tissu, qui ne risque ni de se colmater, ni de se déchirer.

Il est bien caractéristique de notre temps que le progrès se fasse désormais à rebours. Il y a seulement quelques années, l’;apparition d’automobiles marchant au bois aurait suscité le rire. Bientôt on va vous présenter comme dernier cri de la technique un moteur consommant exclusivement du foin, et on finira par découvrir avec ravissement la voiture à cheval. »

Donc une époque où l’on mit le carbone à l’honneur pour tenter de pallier à la rareté du pétrole. Les années de guerre qui suivirent entretinrent   quelques temps l’intérêt pour ces machines . Le fait  n’est pas sans rappeler  nos inquiétudes actuelles  alors que nous voilà revenus au rêve d’un moteur nourri aux herbes. GHV

P.S: croquis réalisés vendredi soir à  l’Arena. Amoureux d’Ennio Morricone et de ses musiques de films. Amoureux à deux …

https://www.futura-sciences.com/tech/dossiers/technologie-etonnantes-inventions-savants-1382/page/5/#c1382

.

And playant tonight…Stéphane Affonço…

stephane.affonço.jpg

 

Epinay sur Seine mardi soir.La nuit est tombée.

Ch. part vers le quartier d’Orgemont, sa guitare au bout du bras. Terminus de la ligne de tramway T8 et quelques dizaines de mètres à tracer à travers la citée jusqu’au PMO , pôle  musical d’Orgemont.

Au retour il me dira  combien ils étaient, qui a chanté, quel répertoire, pour quel morceau Stéphane l’a accompagné, si celle qui veut interpréter Zaz a bien préparé Les passants ce qui l’enchanterait, s’il y a eu au final partage de gâteaux faits maison , quelle coiffure avait Stéphane , celui qui depuis trente ans lis-je sur le site du pôle, anime cours et rencontres, propose concerts et animations…Si je devais peindre son portrait ce serait en bleu de  Prusse et orange à la manière  du père jésuite Castigione Hongli   dont j’ai sous les yeux une reproduction en couverture du René Luys de Ségalen .

segalen.jpg

Pour en revenir aux soirées du mardi  cela parait bonhomme et convivial et c’est souvent ce que la musique apporte.

Nous avons cru nous souvenir en le rencontrant (et cette première soirée là je l’ai dessiné) que Christophe Guillem nous en avait parlé il y a bien des années alors qu’il pilotait Ch. sur des thèmes sud-américains,samba,rumbas ou jazzy ou encorse sur du manouche … Christophe , formation  classique , était alors professeur au conservatoire d’Epinay, ville qui possède pas mal de points de chute  pour les musiciens.

La ville est aussi ouverte au théâtre , à la danse , au sport …bien moins me semble-t-il aux arts plastiques même si des associations travaillent dans leur coin à maintenir leurs troupes mais sans perspectives réelles . GHV