Archive | juillet 2018

Bouteille plastique et graine de salade.

  *

 

Juste un peu avant j’avais vu une femme penchée sur une poubelle du stade d’Epinay sur Seine y récupérer des bouteilles en plastiques et les entasser dans un énorme sac gris .

Agnès elle me racontait connaitre des personnes arc-boutées sur leur désir de vivre en autosuffisance. Et moi pour vérifier que nous nous comprenions bien de décrire celle qui sème une graine  pour récolter une salade après  sa germination, son repiquage et  six semaines de compostage,d’arrosage quotidien, de binage.

Patience tout aussi évidente que celle de mon engrangeuse de déchets qui pendant qu’Agnès et moi parlions  devait déjà être dans le hall du centre commercial en train d’enfiler dans le goulot du robot collecteur les cadavres de Fanta, Coca, Lipton et autres marques-repère afin de recueillir un centime d’euro pour chacune, soit un euro pour cent bouteilles à  transformer en semoule ou en baguette…

Quelques heures plus tard j’ai lu quelques pages de Yannick Haenel,  dans Je cherche l’Italie et me suis laissée entraîner à sa suite à réfléchir, bien mal, sur cette maladie politique ,la discussion,qui ronge notre monde. Que Yannick  Haenel ne lise pas ces lignes . Il regretterait que j’ai écorché ,déformé ,ses arguments…

Si je dis « travailler dans la merde peut rapporter » j’approuve l’esclavage , je ravale l’être au rang de bactérie , je jargonne en mode politique.

Si je dis » essayer de vivre dans l’autosuffisante peut détruire l’économie » je divague en mode politique. Pendant ce temps une femme a cherché à survivre, une autre a sarclé son coin de terre. GHV

*Croquis réalisé en salle d’attente au centre de cardiologie du nord, où l’on attend plus longtemps que pour dans  Croquis du train!

 

 

 

Odile Détruit et les mots 3

 

Odile.Détruit.1
Méditerranéen aux yeux saturés de bleus violents, d’émeraudes profondes, je me noie dans ces horizons mouillés, indécis, atlantiques. Les vacances qu’ils évoquent, je ne les ai pas vécues, aussi je me sens libre de les recréer d’après les récits que j’en ai lus, et c’est bien sûr une petite bande de jeunes filles au chic suranné que je vois arpenter la promenade devant la mer, leurs yeux clairs semblant perdus au loin mais ne manquant rien des regards qu’elles attirent, leur nonchalance étudiée, les raquettes dans leurs presses de bois balancées négligemment, les bérets bleu marine crânement posés, d’où s’échappent des mèches blondes ou rousses, leurs voix brèves dans la moiteur d’un après-midi électrique et l’orage loin dans les terres, comme une rumeur. Marcel n’est plus ici, mais les jeunes filles sont éternelles, et comme lui jadis je manœuvre pour les croiser, tâcher d’exister un instant dans leur conscience, n’osant pas les fixer assez longtemps pour les distinguer les unes des autres. Aussi j’emporterai d’elles un unique visage fait de tous leurs traits mêlés, une image inconstante et diffuse comme le ciel de cet été-là.

odile.detruit

Bernard Altayrac . Contribution de l’auteur en réponse à Odile Détruit et les mots.1

Avec tous nos remerciements. GHV

Odile Détruit et les mots 2 Je ne vous connais pas mais je vous imagine .

Odile.Détruit

Photos d’aquarelles et lithographies  d’Odile que je ne connais pas.

Pas lu non plus l’article de Huguette pour ne pas être influencée. Pas eu le temps de quoique que ce soit, ces derniers jours,  occupée par le jardin, les joyeusetés d’une fin d’année riche en activités ainsi que la préparation d’un petit périple, le seul de l’été : quatre jours  en prenant quelque repos dans le jardin de la France, nimbé de douceur angevine et bercé par une langue qui serait la plus pure ou la mieux parlée. Légende, peut-être.

J’arrache au cahier bleu donné par Camille il y a cinq ans, à son départ pour un voyage d’un an, une feuille aux lignes et interlignes, bleu aussi.  Je note mes impressions et émotions au passage des images photos  que m’a envoyées Huguette. Sans réfléchir. Ce sont celles de Odile qui a dû exposer avec elle.

Voix off, fiction ou récit ? je ne sais.

Esquisses, aquarelles évanescentes, noyées, larmées ; peut-être une falaise ou un morceau de sucre en train de fondre. Iceberg ?

Une enfant, elle n’est pas vraiment là.

Un groupe de jeunes, vigoureux et vivants, un peu sûrs d’eux. Plein de vie future prêts à s’y lancer à corps perdus ou agressifs ?  L’enfant en a sans doute un peu peur tout en les admirant.

Numéro de cirque, recherche du point d’équilibre : un enfant au chapeau sur le nez me rappelle un tableau.

L’enfant ou presque adolescente, inquiète et qui ne semble toujours pas être là ; sage ou triste ? Des mots un peu trop rêches dans les oreilles?

Les vacances en ligne de mire. Le temps suspendu comme la pause nécessaire. Les vacances à contre-courant : Les palmes ne serviront à rien.

Un oiseau blessé traverse le ciel, touché en plein vol.

L’enfant tirée, hissée par le ballon mais elle semble vouloir en freiner l’ascension.  Pourtant c’est de la légèreté qu’elle voudrait. En quête d’un lieu, d’un endroit où aller.

Le vent la poussera. Les vacances permettront-t-elles cela ?

A nouveau un enfant, plus petit, un garçon avec sa mère. Très beaux, tous les deux et très proches.

Qu’est-t-il devenu ? L’enfant n’attend pas forcément ce qui arrivera ou va arriver.

 

ELB

Nota bene: ce texte de ELB fait écho au texte Odile Détruit et les mots  . Les deux veulent créer des liens nouveaux avec une œuvre picturale. A vos plumes…