Antipodes party

Fin de mois ,samedi hier 30 juin ,chaleur attendue, le périf programmé pour l’après-midi mais avant tout rendez-vous pris à onze  heures à la librairie Antipodes d’Enghien. Les familiers appellent Linda  la maitresse des lieux. Elle a  invité Valentine Goby  que elle et son aide  semblent et connaitre et apprécier.

valentine.goby.couleurs.ghv.jpg

 

Pas question d’une séance de signatures habituelle. Valentine Goby veut prendre la parole pour présenter son livre et ce livre  veut  donner envie de découvrir les rares écrits de Charlotte (prénom de princesse) Delbo (patronyme italien pas si loin de Delbos qui fut l’un de mes professeurs). Il me faut quelques astuces mnémotechniques pour irriguer ma mémoire et puisque j’écris ici pour vous donner envie de découvrir les deux auteurs autant vous y aider.

 

Elle expose avec gouaille, assurance, conviction et intelligence devançant ce qui chez beaucoup d’entre nous fait question puisque nous ignorons pour la plupart qui fut Charlotte Delbo .Et de nous camper , jusqu’à imiter sa voix à la Harletty ,cette gamine partie dans la vie avec un bagage de dactylo ,si habile à la prise de notes  qu’elle devint indispensable à Louis Jouvet, amoureuse éperdue de Georges Dudach qu’elle aida dans ses missions de résistant communiste, déportée à Auschwitz-Birkenau  pour en revenir écrivain et non pas de témoignages mais pour produire  une œuvre véritable  de textes, poèmes, pièces de théâtre dont la force découle de la  femme qu’elle était devenue.

valentine.goby.ghv 002.jpg

V.Goby voit trois raisons à ce manque de reconnaissance: une femme en ces temps là avait moins de chance d’éditer, et à une époque où l’on voulait  tourner la page , oublier la guerre ce genre de récit rebutait  . Le manque de réactivité des éditeurs fit le reste.

.Donc elle n’eut pas l’aura de Primo Lévi,  de  Imre Kertész, et ne l’a pas encore. Mais Valentine Goby  a écrit « Je me promets d’éclatantes revanches »…parce que l’écrivaine qu’elle est a découvert un phare.

livre.v.goby

Il ne me reste qu’ à trouver les textes de Charlotte Delbo  . Une séance comme celle-ci permet les échanges et à écouter ceux qui la connaissent je me promets de lire Aucun de nous ne reviendra ,Une connaissance inutile, Mesure de nos jours…mais aussi  de rechercher les titres de Valentine Goby dont j’ai découvert grâce au cadeau de Catherine B.  un  petit bijou en prose débordant de parfums, au vrai sens du terme, et d’impressions d’enfance :Beaumes, (Essences, Actes Sud)

C’était donc important  ce qui se passait hier à la librairie Antipodes. Le thème  de la guerre et de ses victimes, le destin des bourreaux ,le rôle de l’écriture m’interpellent. Ils me confrontent à des questionnements sur l’humain .

antipodes1.jpg

 

GHV

Publicités

Étiquettes : , ,

About trainsurtrainghv

Le blog initié pour extraire de leurs carnets mes croquis du train (GHV:banlieue, quotidien, voyage petit, paroles singulières), prend corps avec les mots d'Evelyne (ELB: déambulations parisiennes et banlieusardes, sensations et constats et depuis peu retour sur le Lot). La palette de notre enfance quercynoise nous autorise ce regard particulier sur le monde citadin et banlieusard et sur la vie en province. GHV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :