Sylvie Koenig et son marché

                                          Sylvie Koenig; détail.

 

« La nature morte est une peinture qui représente des objets inanimés… Dénuée de toute anecdote, de toute action,elle est considérée comme étant le genre le mieux à même de révéler l’existence même des Formes, des couleurs et des valeurs dans la lumière. »(Vocabulaire d’Esthétique.Presses universitaires de France.)

panneau.sylvie.koenig

Sylvie Koenig. Assemblage de quatorze carrés.

Sylvie sans pinceau, sans pigments, en découpant de très jolis sacs de papiers récupérés au marché, en  assemblant ,photographiant puis imprimant, enfin en brodant à la machine, se réjouit des formes et des couleurs qu’elle nous propose sur une tenture de coton, étal léger sur lequel nous pouvons faire notre marché de fruits, de légumes ou de fleurs en choisissant pour sa texture, son grain, une couleur , un souvenir, une évocation. Il suffit de retirer quatre épingles   .

Fil et trames: Pénélope je m’en souviens tissa un linceul pour Laerte le père d’Ulysse; brodeurs et brodeuses depuis la nuit des temps ont enfilés tant d’aiguillées, de nos jours Annette Messager nappe parfois ses images de fils en rideaux et Sylvie avec la même patience dessine et dessine encore au rotring multicolore de sa machine à coudre . Elle le fait sur la grâce fragile de papiers délicats, en couleurs qui subliment les étranges rondeurs et différences de fruits et légumes biscornus mais si appétissants.

A mes yeux donc natures mortes que ces ouvrages de doigts et de musique intérieure ; Me le confirmerait-elle? Visible encore à la galerie de l’AAB jusqu’à demain dimanche 17 juin, près du métro Couronnes à Paris .(Voir article précédent pour l’adresse).

Et puisque les mots évoquent j’ai choisi à cause de celui ci une œuvre de Luis Mélendez, peintre de bodegones au XVIIIème siècle. De ce peintre espagnol  -Espagne ou l’ art de la nature morte était sensé restituer harmonie et sérénité- j’ai toujours aimé la sourcilleuse précision avec laquelle il imposait les caractéristiques de chaque fruit ou objet, les isolant du monde extérieur et nous obligeant à une saine humilité.

Voir une œuvre de Luis Melendez:

http://www.elcuadrodeldia.com/post/148598255368/luis-egidio-mel%C3%A9ndez-bodeg%C3%B3n-con-ciruelas


 

 

 

 

Étiquettes : , , ,

About trainsurtrainghv

Le blog initié pour extraire de leurs carnets mes croquis du train (GHV:banlieue, quotidien, voyage petit, paroles singulières), prend corps avec les mots d'Evelyne (ELB: déambulations parisiennes et banlieusardes, sensations et constats et depuis peu retour sur le Lot). La palette de notre enfance quercynoise nous autorise ce regard particulier sur le monde citadin et banlieusard et sur la vie en province. GHV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :