Ribambelle

 

Les jours se suivent et ne se ressemblent guère .

Les jours se suivent et il y a tant qui s’y  répète.

Surgissent parfois des pensées , je voudrais les noter  ; le temps de trouver un crayon elles se sont évanouies.

Sur le meuble c’est le livre posé en évidence qui se rappelle à moi: Fendre l’armure de Anna Gavalda. Je dois le rendre à Nathalie. Elle me l’avait laissé il y a quelques jours avec ceux qu’elle me rapportait « Ce n’est pas son meilleur mais lis-le ,tu verras. »

Sept nouvelles, bien découpées, courtes juste ce qu’il faut, où la surprise peut dans le dénouement provenir d’un ressenti inattendu, d’une révélation ou d’un vide et en ce cas là à chacun de supputer . C’est le cas dans La maquisarde . Deux femmes abimées, l’une jeune mère, jeune veuve qui se réfugie dans l’alcool, l’autre belle engluée dans le décompte des quatre années passées avec l’amant marié ,échangent au cours d’une soirée le récit  de leur mal-être . Que croyez vous qu’il se soit passé au matin?

Mon chien va mourir ça m’a tiré des larmes . C’est solide un routier et ça sait garder le cap après la mort du fils. Enfin c’est ainsi qu’il apparaît, solide et moins seul avec son chien…Mais lorsque meurt la bête?

Le fantassin aussi  m’a émue . Pourtant nous voilà dans d’autres sphères, celles du pouvoir , des grandes familles, des amoureux de belles chaussures de luxe. Parce que chez ces gens là on vit « comme ça, comme il se doit » à travailler, à faire de l’argent la solitude y est à peine avouable et en particulier pour le narrateur . Se faire d’un voisin de pallier un ami  improbable et inconditionnel ouvre à tout; c’est la bouée de sauvetage. Mais amitié vache puisque l’homme aimé meurt sans avertir.

Un auteur féminin, que je ne connais pas, je l’ai abordé avec la peur d’être déçue .  Juste ai-je remarqué dans le style rapide et concis le compas invraisemblable dans la trousse d’un enfant de six ans et les deux cents mètres de hauteur d’un appartement situé au quarante et unième étage et rapportés ici pour vous intriguer plus encore. Merci Nathalie, je chercherai d’autres titres. GHV

Anna Gavalda. Fendre l’âme. Ed. le dilettante.

 

 

 

Publicités

Étiquettes : , ,

About trainsurtrainghv

Le blog initié pour extraire de leurs carnets mes croquis du train (GHV:banlieue, quotidien, voyage petit, paroles singulières), prend corps avec les mots d'Evelyne (ELB: déambulations parisiennes et banlieusardes, sensations et constats et depuis peu retour sur le Lot). La palette de notre enfance quercynoise nous autorise ce regard particulier sur le monde citadin et banlieusard et sur la vie en province. GHV

2 responses to “Ribambelle”

  1. Oulad Bensaid says :

    Je prends le temps de relire les textes et revoir les croquis…vacances….
    J aime beaucoup .
    C est une belle analyse ,une source d ‘informations,de conseils de lecture ……..belsensibil

    J'aime

    • trainsurtrainghv says :

      et je prends le temps pour une réponse…une spinassienne en ligne c’est rare. Et ce qui est rare est cher! Ici cher=aimé.
      Il est vrai que j’ai en ce moment plusieurs livres sur ma table de chevet et que c’est pour ne pas me disperser que j’ai choisi celui-ci. A une prochaine fois pour un autre titre et peut-être demain parce qu’en gestation un mot sur ma sortie avec les marcheuses d’Epinay. …Bonnes vacances et soleil. ghv

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :