La bouche en cul de poule.

 

alisson

Vous l’aurez compris le titre n’a rien à voir avec le radieux sourire d’Alisson qui a posé de bonne grâce à condition que je parle du rôle du Rotary Club.

Non le cul de poule c’est celui de la première personne que j’ai croisé dans les allées de l’espace Lumière à Epinay sur Seine, le jour du forum des associations, lorsqu’elle a répondu à ma question « Mais au fait c’est quoi le Rotary-club? « . « Bah, un truc de riche… Faut être riche pour être la-dedans. « Apparemment elle n’en savait pas plus que moi.

La veste d’Alisson qui  attiré mon regard. Puis ce lumineux sourire et la qualité du lien qu’elle sut immédiatement établir. Je regrette tout de même n’avoir pas su poser des questions plus pertinentes:

-De quelle façon être partie à Taiwan avec une bourse du Rotary l’a-t-il aidé à se forger cette belle maturité?

-Sa famille a-t-elle reçu un autre jeune?

-Qu’a-t-elle entrepris depuis son retour?

Parce qu’elle m’avait confié un dépliant intitulé Tu es lycéen , tu veux partir à l’étranger  j’y avais retrouvé quelques photos de jeunes avec la même veste bleue, couverte de pins comme l’on en voyait tant il y a une dizaine d’année ,et ou j’appris que par parrainage puis après sélection l’on pouvait ainsi découvrir un pays étranger au sein de trois familles différentes sur dix mois , y pratiquer la langue, s’y affirmer.

Et puis j’aurai pu lui demander aussi si elle était riche! Et vérifier  le jugement  de la personne que je citais plus haut.

Je suis allé faire un tour sur  le Web pour apprendre que Paul.P. Harris fonda le club en 1905  à Chicago dans les milieux aisés certes mais doit -on refuser aux riches de pratiquer la bienveillance et peut-on imaginer que seuls les démunis en soient capables?

Evidemment j’ai sur la toile trouvé des allusions à la possibilité d’une secte. Encore quelques uns qui en savaient moins que moi et voulaient prouver tout connaitre! GHV

 

 

 

Publicités

Étiquettes : , ,

About trainsurtrainghv

Le blog initié pour extraire de leurs carnets mes croquis du train (GHV:banlieue, quotidien, voyage petit, paroles singulières), prend corps avec les mots d'Evelyne (ELB: déambulations parisiennes et banlieusardes, sensations et constats et depuis peu retour sur le Lot). La palette de notre enfance quercynoise nous autorise ce regard particulier sur le monde citadin et banlieusard et sur la vie en province. GHV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :