Archive | juillet 2017

Haïku du soir.

Le causse rincé

L’émouvant chant du merle

Dans l’if de la haie.

 

ELB

 

Alain Mabanckou.

 

Je te fais réponse Evelyne, moi le rat des villes, mais dans quelques heures je prendrai le train pour nos champs. « Je reviens, je descend au pays ». J ‘aurai d’ Epinay à te raconter les journées de canicule qui m’ont laissée gourde et fatiguée quand les gamins  en liesse y transformaient les bornes à incendies en geysers, puis le retour des pluies sous des nuages d’orage qui crevaient au dessus des tours,  et elles noyaient  les trottoirs, imbibaient les talus des parcs . Les sirènes des pompiers résonnaient sur l’avenue , la verdure à peine déstabilisée par la chaleur recouvrait sa luxuriance . Simone weill s’éclipse et beaucoup saluent.

Peu de sorties que ce soit pour déambuler ou me distraire.Le temps que j’accordais à la conférence donnée au Centre des Arts d’Enghien par Alain Mabanckou fut une chance .

J’y avais entrainé Yolande prise un peu au vol et elle en fut heureuse elle aussi qui ne le connaissait pas.Moi non plus d’ailleurs, si ce n’est un aperçu de  sa faconde et de  son aisance lors de quelques interview  à la télé. Repéré aussi son goût pour la sape.  En passant la veille à Enghien j’avais choisi sur l’étal de la libraire Antipodes    Mémoires de porc-épic (prix Renaudot 2007 ou 8) et Le monde est mon langage. De ce dernier titre j’aime le vagabondage entre capitales africaines , européennes, ou américaines pour la plupart villes où quelques uns écrivent en français et là Evelyne je crains que Alain Mabanckou ne lise jamais tes articles sur la « francophonie «   au vu du seul titre qui le rebutera car mieux vaut dit-il s’attacher à l’expression française, lire les excellents auteurs « d’expression française « et sans la connotation « peaux de léopards et tam-tams » qui collent au seul mot de francophonie . Et pourtant vous citez avec la même révérence bien des auteurs…Aimé Césaire entre autres. Puisse-t-il aller au delà du titre!

Bref j’en reviens au livre : de ville en ville il nous narre une rencontre avec un écrivain ou un journaliste ou un quidam rencontré par hasard et interroge sur ce qu’écriture et rencontres ont fait de lui, ou bien est-ce lui qui a trouvé les mots, jouant de l’écriture? Douala, Brazzaville, La Nouvelle-Orléans, Antanarivo, Alger ,Montréal, Paris, Dakar et des noms…par exemple le personnage de Suzanne Kala -Lobé au Cameroun dont il campe la force et la détermination tout en rendant hommage à son bon sens agressif et salutaire: il est bon de s’entendre dire quelques vérités sur sa vision du nid surtout si l’on est un intellectuel envolé vers d’autres cieux..

Oui tu aurais aimé partager ce moment car l’homme est bigrement sympathique avec cette conviction et cette force généreuse que je retrouve chez bien des africains. « Charmeur » a dit Linda . A la fois modeste et sûr de lui et la phrase qui roule et les images et les souvenirs qu’il déverse sans jamais s’interrompre et donnant l’essentiel, tant et si bien d’ailleurs que j’ai fermé les yeux, j’allais m’endormir.

L’info n’avait pas circulé sur Epinay: dommage. Enghien est ville blanche. A Epinay ,à un tournant de rue de là , tous les peuples d’Afrique , d’Amérique du Sud et du Nord et d’Europe sont représentés: un public que l’Unesco qui organisait cette semaine de rencontres aurait du tenter d’attirer.

« Je considère les rencontres insolites, les lieux, les voyages, les auteurs et l’écriture comme un moyen de féconder un humanisme où l’imaginaire serait aussi bariolé que l’arc-en-ciel et nous pousserait à nous remettre en question » écrit-il en préambule. Là me diras-tu, nous sommes au moins trois à partager cette pensée quoique à mon niveau j’ai quelque peu réduit le voyage aux dimensions du territoire d’un renard lotois.

J’avais laissé mon carnet, j’ai tenté quelques photos avec mon seul portable. A  bientôt  Evelyne; le carnet je l’aurai sur mes genoux demain dans le train vers Gramat, celui que prenait (prends encore?) Pierre Bergounioux , avec le livre à terminer de Alain Mabanckou et aussi Dans ce jardin qu’on aimait de Pascal Quignard: à lire, à reprendre, à rêver . Cet homme là nous fera donc  tout ressentir , les accents de la viole de gambe, la délicatesse de la gravure, la peinture ineffable pourvue qu’elle fut du passé, le théâtre No , la mort et l’amour…GHV

Ce que je pourrais dire…

carre3

 

 

Entre le chaud et le très chaud, le printemps s’est achevé il y a déjà longtemps et l’été précoce  nous a pris de court. J’en ai presque oublié le solstice, les feux de la St Jean se préparant çà et là.
Distraite par la douceur encore chaude du ciel nocturne piqué de diamants, de l’autre côté de la route : éon, éon ou Léon, faisait le paon tandis que sous la piètre fraîcheur des arbres, les grillons frottaient leurs élytres. Assurément, nous étions  en été.

Et dans ces moments-là,  de grande chaleur, j’aurais aimé pouvoir entendre les mouettes au-dessus de la Seine et c’est le murmure du vent dans la sapinière, lovée dans le hamac qui m’aurait presque fait croire au sac et ressac d’une mer  lointaine ; mais une fontaine comme on en voit dans certains  jardins, un ruisseau ou un filet d’eau au-dessus de l’abreuvoir  auraient pu tout aussi bien me rappeler, convoquer ces  images de fraîcheur.

Je rêve d’un rat des champs qui converserait avec un rat des villes- l’amie Huguette, sœur de blog-,  lui confiant ces secrets de nature, lui comptant la vie du terrier. Or, il se trouve que bien des choses m’échappent qui devraient m’alerter, me tenir aux aguets. J’ai raté les manifestations pour conserver l’arrêt dans nos petites gares ; ainsi, celle d’Assier et de Gramat seraient fermées les week-end et jours fériés et celle de Rocamadour le serait définitivement. L’affaire est presque pliée.

Pas tout à fait rat des champs, je disais-,  mais en route vers ce mode de vie ; oublié aussi la transhumance pour le Lioran au départ d’Espédaillac, village caussenard s’il en est. Depuis une dizaine d’années, les changements de pacage reviennent-comme celui de Rocamadour vers  Luzech près de Cahors-,  pour éviter l’achat de fourrage et pratiquer une sorte d’écobuage. Autrefois, on pouvait faire paître les brebis dans les coudercs, ces communs au centre du village et des hameaux. Or ces derniers au fil du temps ont été intégrés à certaines maisons ou réduits pour agrandir un jardin.

Dimanche dernier, accompagnée de Brigitte,  à Latouille près de St Céré, le  Sentier Art Nature, parcours poétique émaillé de couleurs : accrochage en pleine verdure dans les arbres et au-dessus de l’eau, tableaux, peintures,  tissus de couleurs jetés par-dessus la rambarde du pont de bois et traînant dans l’eau, rochers du torrent et troncs d’arbres habillés de couleurs unies et en patchwork pour les rochers, du papier recyclé incrusté ou des pliages en papier origami. Plusieurs groupes de musique, allant du jazz à la variété en passant par la musique Sud-américaine les percussions et la guitare sèche s’égrenaient tout au long du sentier. Sur le chemin, en redescendant, avec son père, il chantait presque trop bas, mais sur le ton de la confidence comme pour mieux nous faire prêter l’oreille et apprécier avec une nostalgie heureuse, un poème d’Aragon.

Une moitié de visage de jeune femme, suspendu au fut d’un arbre m’impressionnait. De la poésie et de la légèreté dans la décoration de  fil de fer et de verre de couleurs évoquant le vitrail. Nous pressentions la lumière et la brise jouer avec la matière : les cliquetis se seraient mêlés aux chants et musiques qui s’entrecroisaient. Les sublimes photos du rebond de la goutte d’eau nous ont aussi particulièrement touchées.

Depuis  une semaine se sont évanouis canicule et vent chaud de ces derniers jours puis… l’orage d’été tant attendu. Les averses successives ont tout rafraîchi me faisant tirer de l’armoire, pull et gilet chauds et rangé les sandales laissant traîner les orteils au vernis rouge. L’été torride est en suspens. Fleurs et pousses ramollies et peu gaillardes ont relevé la tête. Demain l’été revient.

Mais la mort de Simone Veil, hier, nous peine terriblement.

Si elle en avait eu encore la force, à coup sûr, elle aurait ragé et fait entendre sa voix à la réaction du Ministre de l’Intérieur donnant l’ordre de ne pas rouvrir de centres d’accueil aux migrants et  dire implicitement aux associations de ne plus leur venir en aide.

Durant la guerre en ex-Yougoslavie en 1992, elle s’était vigoureusement insurgée contre l’existence de camps et de violences faites aux femmes dans  les villages assiégés et contres ces déplacements de population. Comme Germaine Tillon , Simone Veil a compté pour l’Algérie ; elle a fait respecter les droits humains en améliorant la détention des prisonniers en y introduisant la détection de maladies ainsi qu’une structure scolaire.

D’après le HCR, « … soixante-cinq millions de personnes déplacées en 2016…vingt nouvelles personnes sont forcées de fuir leur foyer chaque minute, et le déracinement concerne un être humain sur cent treize. Syrie, Afghanistan et Soudan du Sud représentent la moitié de réfugiés. La majeure partie d’entre eux vont dans les pays voisins comme la Turquie et le Liban … »

L’Union européenne est loin d’en absorber autant.

 

ELB