L’arbre vert de Ilse Koch.

hgreveilse4

Je l’ai retrouvé parce que Evelyne (EBL) me l’avait suggéré comme illustration de son billet  La vie au grand air   : » du vert plus printanier « ,m’avait- elle demandé  et les pages déjà numérisées de mes carnets ne me proposèrent que cette allégorie, l’arbre de Ilse Koch.

N’en déplaise aux révisionnistes nous pouvons nous interroger, quêter, nous renseigner sur ce mystère du mal qui pousse des êtres à le pratiquer en toute bonne conscience. Nous trouvons anecdotes, traces de vies, actes  listés, témoignages , comptes rendus administratifs mais demeure le presque inexplicable: le glissement vers la barbarie, vers l’insoutenable. Ilse Koch avant d’être  « la chienne de Buchenwald « , fouetteuse, dépeceuse, adepte de la tête réduite , eut un sourire d’ange, une famille,des amis . Femme et cela ne cesse de m’interpeller et femme  peu instruite mais comme bien d’autres . Elle côtoyât même les livres de la bibliothèque où elle travaillait…

Mystère… Alors l’arbre me direz vous?  C’est l’image qui m’est venu spontanément à l’esprit alors que je déclinais sur plusieurs pages d’un carnet le visage découpé de Ilse Koch. C’est aussi alors qu’Evelyne me réclamait cette tendre couleur pour le printemps qui nous enveloppe et qu’elle chérit l’image que je voulais absolument en ces jours d’élection l’ inserrer  dans le blog . Mais pour d’autres motifs …

Attentives au quotidien  et à cette petite minute de liberté que nous accorde l’urne  nous avons toutes deux , ELB  depuis sa « campagne » et moi depuis la ville échangé entre nous sur les enjeux des élections quoique assez peu  parce que nous connaissant assez bien. Mieux vaut tirer le fer avec les esprits opposés. Et dialoguer.

Je vous laisse sur le fil de ces pensées  entretenir les vôtres. GHV

hgreveilse2

Publicités

Étiquettes : , , ,

About trainsurtrainghv

Le blog initié pour extraire de leurs carnets mes croquis du train (GHV:banlieue, quotidien, voyage petit, paroles singulières), prend corps avec les mots d'Evelyne (ELB: déambulations parisiennes et banlieusardes, sensations et constats et depuis peu retour sur le Lot). La palette de notre enfance quercynoise nous autorise ce regard particulier sur le monde citadin et banlieusard et sur la vie en province. GHV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :