Tu pointes ou tu tires?

 

Si belles journées qu’il est dur de s’enfermer. Au stade d’Epinay sur Seine je vais m’assoir en fin d’après-midi dans l’angle des boulistes . L’une du groupe me connait et vient me saluer.Les autres m’observent. Le carnet les intimide.

Les arbres ont des allures de cathédrales. et sous les branches encore dénudées  les passants et les joueurs lancent des propos plus gais et sonores qu’à l’ordinaire: le printemps est bien là.

Plusieurs pensées notées pour des bouts de papier  pourtant  je crains de raisonner si j’évoque  l’actualité et puis la tiédeur du soir m’invite au lâcher-prise..

Pointer, agater, faire un biberon…Je n’ai pas encore remarqué si la petite troupe jargonne  en secte pétanque .Les mots ont là la saveur que leur attribue les puristes en leur domaine. . Pour les règles aussi. « T’as vu le nouveau, il sait même pas le jeu. »

Curieux comme les mots sont intégrés. Enfant- j’avais encore le regard au niveau des ourlets de cette voisine- et voilà qu’elle disait bien au-dessus de ma tête : « M . est à l’hôpital, on l’a opérée d’une descente d’organes. » Cette assertion je la rapportais à ma mère et convaincue d’avoir tout compris je lui spécifiais qu’il était bon qu’elle est eu  une culotte.De même cette autre souvenir , c’était à l’école et je n’étais guère plus vieille : tout le village bruissait de la nouvelle de la mort de S. que l’on avait retrouvée dans sa citerne. Et Francis d’affirmer que rien d’étonnant à cela  puisqu’elle travaillait du chapeau. Là  s’imposa  d’une manière assez claire ma première idée du métier de modiste mais tout de même je restais sceptique : en quoi  une si élégante activité pouvait-elle pousser au suicide?.GHV

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Étiquettes : , ,

About trainsurtrainghv

Le blog initié pour extraire de leurs carnets mes croquis du train (GHV:banlieue, quotidien, voyage petit, paroles singulières), prend corps avec les mots d'Evelyne (ELB: déambulations parisiennes et banlieusardes, sensations et constats et depuis peu retour sur le Lot). La palette de notre enfance quercynoise nous autorise ce regard particulier sur le monde citadin et banlieusard et sur la vie en province. GHV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :