Ne pas laisser dire.

trapéziste

Les jours s’écoulent. D’autres enfants ont vu à Villetaneuse la trapéziste, une adolescente qui  saluait son public avec un regard de petite femme.Les spectacles du cirque me laissent une impression de tristesse. Sienna  à cinq ans fut une spectatrice grave et parfois émerveillée. Les jours qui suivirent elle s’improvisa jongleuse,équilibriste et gymnaste tentant de faire tournoyer des objets sur ses pieds ou dévalant la rue perchée sur les rebords de trottoirs ou se suspendant aux agrès du parc de la Chevrette à Epinay.

C’est là que très occupée elle ignora la dispute de deux femmes. Autrefois pour un crêpage de chignons nous aurions entendu voler des mots d’oiseaux, des p…des c…. en veux-tu que voilà mais aujourd’hui  le summum était enrobé dans le seul « raciste  » qui étranglait  l’une des deux à quoi l’autre renvoyait des « vous autres » agressifs…Le ton montait et je vis un jeune père s’approcher pour leur proposer de baisser la voix puis les délaisser  avec désintérêt  . J’ai regretté les minutes qui me firent défaut et qui m’auraient permis plus d’à propos dans mes réponses. Car l’une d’elle en se rapprochant de moi me prit à témoin, et moi seulement de consentir: « Ah les voisinages…pas toujours évident. », la laissant imaginer   une connivence que je ne ressentais guère plutôt convaincue de leur incapacité commune à vivre sans porter de jugements .

_ »Voyez votre petite fille, comme cela la perturbe » et l’enfant d’éclater en larmes. mais  la grand-mère sans y prêter attention appelait son mari: « Descends , viens au parc, elle m’ encore insultée », alors qu’au bout de l’allée arrivait le deuxième mari mandé de son côté par la rivale.

Sienna , tête en bas ,cherchait à épater ceux  qui jouaient avec elle.C’était vendredi.

Hier la jugeote me fit à nouveau défaut. Sur le blog un lecteur me demande l’autorisation d’utiliser un de me dessins pour illustrer une de ses nouvelles. Le ton est agréable et j’accorde. Ce n’est qu’après que je recherche son site de textes  puis sa page Facebook où je découvre ses opinions sur , fait récent, la jungle de Calais. Il se répand en propos fatalistes sur l’indignité de ceux qui parmi les réfugiés mirent le feu aux abris. « Pauvre France  » semble-t-il nous dire. Mes convictions sont autre. J’eus pris plus de temps peut-être aurais refusé le dessin…

Réflexion faite  je suis sans illusions et  devine combien nombreux ils sont à juger ainsi . Il me faudra du temps pour lui faire réponse et trouver les mots qui me semblent juste mais je le ferai et le dessin accordé aura là  le mérite d’avoir servi de lien. GHV

Publicités

Étiquettes : , , , ,

About trainsurtrainghv

Le blog initié pour extraire de leurs carnets mes croquis du train (GHV:banlieue, quotidien, voyage petit, paroles singulières), prend corps avec les mots d'Evelyne (ELB: déambulations parisiennes et banlieusardes, sensations et constats et depuis peu retour sur le Lot). La palette de notre enfance quercynoise nous autorise ce regard particulier sur le monde citadin et banlieusard et sur la vie en province. GHV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :