Fuocoammare.

forme

 

Un petit garçon puis deux sur une île, un vent fort dans le grand pin tortueux, de grands cactus sorte de figuiers de Barbarie géants pris pour cible comme les oiseaux, d’ailleurs. Tirer à la fronde  semble être leur grande occupation. Un plongeur aussi, rongé par l’angoisse, un pêcheur de retour après un an de mer. Les vieux, dans le lourd silence des cuisines,  vaquent à leur quotidien. Samuele un des deux enfants doit s’habituer à la mer et pour en chasser le mal, s’entraîne au port sur le ponton car il sera,  lui aussi pêcheur .Une radio qui égrène les notes d’une vieille musique nostalgique dont une chanson célèbre dans l’île, Fuocoammare.  Elle  évoque le bombardement d’un navire  pendant la deuxième guerre mondiale.

Et puis il y a comme un autre monde. Celui des médecins, des sauveteurs militaires ou non, celui du centre d’accueil. On soigne, on réhydrate et on superpose les corps, souvent. Les vivants sont épuisés.

Les migrants continuent de faire le voyage pour la vie. La leur. Ils se risquent à la sauver et trop nombreux sont ceux qui la perdent.

-How many people? What’s your position? Demande le capitaine et la question se renouvelle.

Fuocoammare Par-delà  Lampedusa.  Un film documentaire témoignage de Gianfranco Rossi. .Au-delà des chiffres et du pathos et des images trop vues.

Une émotion intense devant cette tragédie du 3 octobre 2013- départ de ce documentaire. Une prise de conscience. L’angoisse qui serre parfois la poitrine de l’enfant ne serait-elle pas la nôtre ?

Comment l’Italie-même trop peu aidée par l’Union-,  s’implique à ce point pendant que la France qui pourrait davantage, rase les murs. Je ne parle pas de l’Allemagne dont la chancelière a pris le risque de perdre les élections .De tous nos candidats partis confondus,  lequel prendrait ce risque au lieu de courir après le FN qui comme les autres partis de droite dite dure ou d’extrême droite de l’Union sont très enclins à dresser des murs.

La France n’a pas encore accueilli ses 20 000 migrants quand l’Allemagne en a reçu plus d’un million et l’Italie 25000. En deux ans, la Belgique à elle seule,  a accueillis 70 000 réfugiés.Où en est la lutte contre les réseaux de trafiquants et de passeurs?

Le petit village de pêcheurs est toujours témoin de ce drame qui s’amplifie.

Film documentaire de Gianfranco Rossi ours d’or 2016 à Berlin.

https://trainsurtrainghv.com/2013/10/08/lampedusa-lampedusa-lampedu-lam/

 

ELB

Publicités

Étiquettes : , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :