Archive | septembre 2016

Dehors.

conteur-d-epinay

Sortie d’un  soir  au parc de la Chevrette. Deux, trois pages du carnet et j’abandonne là pour cause de genoux meurtris l’observation des dentelles  des cinéraires, des jupes blanches à godets des pétunias , des queues de coq des sauges et autres lignes « naturelles » que me propose le massif face aux écoles. Posée sur le banc ,les jambes au repos je croque celui qui face à moi par son discours a attiré mon attention. « C’est qu’il y avait un ru autrefois…Mon oncle possédait une parcelle du terrain …Gamins on y pêchait les…Y’en avait des quantités…Pas mauvais en friture…Vendue la parcelle… »

Ce matin aussi rencontre sur les bords de Seine avec le maitre de Gossebo et Gossebo junior et de Bandit, discours sur « les jardins ouvriers d’Epinay que l’on aurait du réserver aux seuls retraités qui eux ont le temps » et sur les soucis que provoquent son épine calcanéenne.

Je marche encore. De retour de Saint Gratien  rencontre sous un porche d’Enghien avec deux gamins  assis jambes écartées ,dix ,huit ans?, le cartable ouvert , l’un dépiaute sa moisson de mégots , l’autre roule la cigarette.

Devant le lycée une fille à l’ écart a pleuré, je le vois à ses yeux rougis .GHV

 

 

Haïku du soir.

 

 

C’est en tapinois

Que l’été a fui filé

En douce un soir.

 

ELB

 

 

Haïku du soir.

 

Du zinc au ciel blanc

L’équinoxe d’automne

Jour nuit en balance.

 

ELB