Et les émigrés?

émigrésdelachapelle*

Un an après je retrouve, je relis ce billet du blog  , « Pour les émigrés de la Chapelle » avec le croquis d’une jeune femme qui elle aussi assista à la scène , et vous invite à sa lecture et à trouver dans les communiqués du Gisti un bilan et matière à réflexion.(21 juin 2016)GHV

20 juin 2015

Semaine tendue comme l’arc que l’on prépare pour cibler: pour moi la fin de l’année scolaire, l’exposition de deux classes, les rangements à prévoir, les projets à boucler, les dossiers à rendre..

Semaine émaillée de faits anodins, d’infos plus grave…la vie

Anecdote du train ainsi notée  sur une  page du carnet sous le dessin d’un enfant : « This is my son…you have to pay. »

J’ai  feint  ne pas comprendre , souri style banane , fais répéter…Mon interlocuteur perd  pied et descend à St Denis avec son garçonnet et sans argent ni croquis.

Ce mercredi( croquis du jour) 7h 30 je crayonne une énième » Jeune femme au portable » alors que   monte du fond du wagon une voix éraillée, jeune, vibrante : »La police est à nouveau en train d’évacuer les migrants de La Chapelle. Vous pouvez les aider. Si vous voulez filer de la solidarité ,si vous connaissez des lieux pour les abriter, si vous pouvez faire acte de présence avant de partir au boulot… ».

Deux jeunes, un gars,une fille, des étudiants. Ils s’arrêtent à chaque porte, il relance son appel et sera aphone en bout de train…J’ai sur les genoux dans une sacoche les sept appareils numériques préparés pour deux de mes classes. C’est jour photo. J’en profite et vais  à leur rencontre  avec en tête de réaliser la photographie  du soir pour le blog.

Première consigne-compétence pour  mes élèves: savoir effacer.Je ne veux voir que trois photos par élève. Dans l’appareil marqué d’une pastille rouge Promi a bien sûr effacé mes deux photos du train. GHV

*Croquis vers Paris au feutre noir et « aquarellé » au pinceau.

 

Publicités

Étiquettes : ,

About trainsurtrainghv

Le blog initié pour extraire de leurs carnets mes croquis du train (GHV:banlieue, quotidien, voyage petit, paroles singulières), prend corps avec les mots d'Evelyne (ELB: déambulations parisiennes et banlieusardes, sensations et constats et depuis peu retour sur le Lot). La palette de notre enfance quercynoise nous autorise ce regard particulier sur le monde citadin et banlieusard et sur la vie en province. GHV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :