La mariée chinoise

mariée chinoise1

Journée parisienne, déjeuner (indien) avec Catherine , visite  avec elle au Grand Palais de l’exposition de Amadeo De Souza-Cardoso. Le peintre m’était inconnu. Sacrément travailleur le bonhomme comme en témoignent les dessins, souvent des illustrations, les encres, les études aussi pour des toiles extrêmement travaillées , petits formats aux couleurs savamment arrangées. Une curiosité : la vie de saint Julien l’hospitalier dont il calligraphie le texte de Flaubert ; l’enluminant et l’illustrant page après page. Le musée en propose la projection feuillet par feuillet.

Il meurt jeune de la peste espagnole en 1918 et l’on s’interroge sur ce destin fauché . Son regard captait tous les courants picturaux de l’époque mais son esprit maîtrisait la forme , en faisait une synthèse sur laquelle il brodait. Tout portuguais devrait profiter de cette exposition. Et je me dois de noter pou ma visite à Lisbonne de trouver la Fondation Calouste Gulbenkian où est exposée semble-t-il la majeure partie de son oeuvre.

Catherine m’abandonne Chaussée d’Antin. Dans le couloir je me dirige vers la ligne 8 et ai juste quelques secondes pour saisir la robe retroussée comme un énorme turban de calife de la jeune mariée chinoise cherchant sur la carte comment rejoindre l’endroit où les attend , elle et son homme en costume et noeud papillon, le photographe qui immortalisera son couple devant une vue parisienne. La tour Eiffel, l’Opéra, peut-être Notre.Dame où encore quelque décor de film prisée à Shangai. Quelques minutes tout de même pour faire joujou avec l’ordinateur. Pardonnez le a minuscule d’Antin.

Retour à Epinay pour 17 h 10.GHV

Publicités

Étiquettes : ,

About trainsurtrainghv

Le blog initié pour extraire de leurs carnets mes croquis du train (GHV:banlieue, quotidien, voyage petit, paroles singulières), prend corps avec les mots d'Evelyne (ELB: déambulations parisiennes et banlieusardes, sensations et constats et depuis peu retour sur le Lot). La palette de notre enfance quercynoise nous autorise ce regard particulier sur le monde citadin et banlieusard et sur la vie en province. GHV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :