Sur la route.

bords de seine-epinay (3)

Neuf heures trente au jardin près de la mairie d’ Epinay sur Seine.

Enigmatiques lignes rouges sur le sol. Les jardiniers occupés à pailler de chanvre  le sol de la vigne au pied des ceps m’ont renseignée. (Secret.)

Râtée la photo des huit canards colverts mâles en mal de féminin.

Aussi celle du corbeau ,un plastique translucide et brillant dans le bec: l’habitat des oiseaux se modernise.

La canette (colvert) était bien là plus loin sur les berges de Seine mais s’est refusé à toute pose. A croire que ce matin la cour empressée de deux prétendants la gênait. « Le colvert siffle, le chipeau cancane, le siffleur jacasse et la sarcelle d’hiver croasse quand la sarcelle d’été craquette. Le tadorne de belon, lui, gémit. »: lis-je sur un site réservé aux canards. Donc elle » sifflait » et sans retenue.

Réflexion faite je suis nulle avec un appareil .

Le jeune gars est arrivé avec un sachet dont il a retiré un paquet de biscuits , s’est assis sur un banc, au soleil.  Je devinais la forme ronde d’un fruit. A mon bonjour il semble inquiet. « Vous ne parlez pas français? Do you speak english? Italiano?.. » Le langage des mains et trois mimiques. En réponse à s’il a besoin de quelque chose, ou pour manger, il me tend, offert, son paquet de gâteaux. Nous rirons. Pays? Il hésite: « Egypte ». Peut-être. Peut-être aussi aurais-je du appeler Ali…

Dix heures: trois cents mètres plus loin ai croisé un deuxième. Même démarche, même silhouette gracile, teint un peu gris et regard vivant, anorack noir, baskets et l’indispensable et minimal sac à dos. Il m’a plu d’imaginer qu’il s’en allait retrouver le premier et qu’ainsi ils seraient plus forts à deux avec à partager ce que leur apporte cette nouvelle journée.GHV

 

 

Publicités

Étiquettes : , ,

About trainsurtrainghv

Le blog initié pour extraire de leurs carnets mes croquis du train (GHV:banlieue, quotidien, voyage petit, paroles singulières), prend corps avec les mots d'Evelyne (ELB: déambulations parisiennes et banlieusardes, sensations et constats et depuis peu retour sur le Lot). La palette de notre enfance quercynoise nous autorise ce regard particulier sur le monde citadin et banlieusard et sur la vie en province. GHV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :