Archive | novembre 2015

Haïku du jour.

 

Un ciel menaçant

Bruit de la pluie et du vent

La COP vingt-et-un.

 

ELB

 

Publicités

A Grunhac, les pierres parlent.

 

jacques de verdal (8)A Grunhac, les pierres parlent.

Avec sa moustache  gauloise et son nœud papier de pierre, Jacques de Verdal, un brin timide ou modeste, rit avec les yeux d’une façon merveilleuse, celle de l’enfance .

Chez lui dans le Lot, à Grunhac, il travaille la pierre à l’ombre d’un château fort quelque peu austère ce qui ne l’empêche pas d’avoir un grand sens de l’humour et ses nombreux voyages lui ont donné le goût de la rencontre.

Dans son jardin loin des bruits du monde où il lui arrive de regarder pousser son labyrinthe de buis, il sculpte la pierre. A côté de ses clins d’œil au mobilier de jardin tels fauteuils, tables ou méridiennes, il y a, mêlé au souvenir moyenâgeux, une modernité évidente dans ses visages emboîtés, ses jambes exhibées et ses morceaux de pierre en puzzle.

Retrouvailles dans le XI arrondissement ce dimanche- eh oui, où il y a dix jours, l’horreur nous sidérait- dans un atelier d’artiste avec la pierre de Dordogne, de Corrèze et du Lot. Blanche, dorée ou rouge. Le thème cette année est Construction quand on a l’impression qu’autour de nous, la déconstruction ou le massacre sont à l’œuvre.

Comme en résonance au dessin d’Huguette, sa petite sculpture de colonnes dont la moitié chancelle fait immédiatement penser à Palmyre  nous renvoyant immanquablement à l’armée ténébreuse qui donne l’impression d’obéir à des siècles d’écart,  à l’injonction du fameux « Carthago delenda est ».

Après les thèmes des deux années précédentes, Liens et Passages, la pierre aux formes diverses s’imbrique et semble confirmer la démarche de l’artiste mettant l’accent sur la relation, le chemin qui mène à l’autre. Tout est lien, tissu. Se lier, s’unir, se retrouver dans la faille de la pierre; le passage, la passerelle étriquée, toute voie semble exploitable et comme offrant autant de possibles.

 

ELB

IMG_4317

IMG_4312jacques de verdal (7).JPG

jacques de verdal (15)

jacques de verdal (6)

jacques de verdal (13).JPG

 

jacques de verdal (10).JPG

jacques de verdal (14)

IMG_4318

 

Jacques,

Pendant qu’Evelyne écoutait parler vos pierres, j’en gardais le grain, la forme et la douceur dans ces quelques photos…Je regrette  n’avoir pas su capter vos visiteurs étendus sur la méridienne de pierre !… GHV

http://jacquesdeverdal.canalblog.com/

De la conscience.

IMG_4244

 

Vendredi 13 et quelques jours sans écrire . Pour penser. Aux autres .Aux morts, à ceux qui  attendaient leur retour…Attentats.

Ce que nous vivons : deux mondes différents qui se télescopent dans leur arrogance particulière.

Pousse-toi  tu me gênes . Chez nous la propriété aux  mains de  de quelques- uns doit bien avoir son histoire et ses historiens. Je suppose que quelques rusés ou forts s’approprièrent  en leur  temps terres et forêts, cours d’eau et  colline  où construire son castel, où s’imposer à d’autres sans égards pour les vies. Or aujourd’hui quelques-uns  mettent main basse sur les énergies, la finance, les êtres humains, la nature au nom d’une pseudo religion  avec les mêmes moyens qu’alors (vol, razzias, violence, terreur) . Stratégie: obscurantisme, barbarie, tyrannie.

Télescopage donc avec notre monde où quelques-uns très « démocratiquement » accumulent  et conservent  pour eux seuls par le biais de la politique , de la finance,  s’imposant et attaquant tant les esprits que les modes de vie . Avec  arrogance lis-je en m’informant sur un ouvrage* paru récemment et que je veux trouver et consulter. Bourrage de crâne, violation des lois, chantage, grignotage des acquis sociaux, falsification des valeurs…

Si ces deux pieuvres pouvaient au-dessus de nos têtes s’affronter et se décimer ,s’anéantir mutuellement nos cœurs naifs s’en réjouiraient mais non…Nous voilà au centre du typhon et victimes souffrantes, conscientes  aussi et c’est primordial. Mais en  révolte et ce sera notre force.GHV

*Arrogance. Un mode de domination néolibéral , INPRESS : l’ouvrage est collectif et traite du problème actuel. Problème non pour ceux qui en profitent  mais pour le quidam qui craint pour sa liberté, son intégrité morale et son avenir!