Nouvelles ferroviaires.

Le voyage en train, m’enchante toujours et pour le retour, une amie qui a la chance de vivre en plein Lauragais à deux pas du canal du Midi et entourée de champs, tout jaune l’été de colza et percé de quelques cyprès, m’a offert un livre.

Dans ce triangle d’or, ancien fief de la cocagne, le pastel, l’or bleu du Languedoc  a permis à ses marchands de faire construire de beaux hôtels particuliers. Pour n’en citer qu’un : l’hôtel d’Assezat qui abrite la fondation Bemberg à Toulouse. Notre petite Toscane française entre Carcassonne, Albi et la ville rose. Mais je m’égare…

Elle m’a donc offert un livre pour le train, le temps du voyage, que j’ai choisi, lent,et le plus long. Pas question de le raccourcir d’une heure vingt en passant par Bordeaux en prenant le TGV atlantique. Lorsque je pars de Toulouse, je veux en profiter.

Je dois attendre d’être dans le train pour ouvrir le petit paquet ; elle me dit simplement que ce sont des nouvelles et obligatoirement, elles se lisent dans le train. Je suis ravie car cela laisse le loisir de laisser tomber le livre après l’une si je somnole, par exemple ou si je me laisse happer par une cabane dans le paysage. Et il me restera du temps pour faire d’autres lectures.

Sept heures de voyage, ce n’est pas de trop. J’ai le temps de rêver, somnoler, faire des photos, petites vidéo, IMG_0221 grignoter, boire ma thermos de thé. Tout ce qu’il faut de douceur et confort pour revenir à la réalité au bout du voyage qui est la fin des vacances donc la reprise. A chacun son sas de décompression.

Je ne comprenais pas cette injonction de ne pouvoir commencer la lecture avant mais le titre m’a éclairée.

Un petit bijou de folio : six nouvelles, titre Transports amoureux. Seule dans le compartiment, ancien wagon-lit devenu la journée un salon bleu pour la circonstance et si les occupants ne sont pas nombreux et n’y voient pas d’inconvénient, on peut même s’allonger sur la banquette haute. Bref, la SNCF essaie de rentabiliser .

Les trois premières me tiennent en éveil, excitent ma curiosité à poursuivre surtout celle de J-Christophe Ruffin et je retrouve avec plaisir celle de Maupassant et ensuite de Joncour. Quelle surprise à la quatrième, celle d’Emmanuel Carrière. Un véritable exploit et bien menée, construite comme un jeu et un mode d’emploi ou plutôt règle du jeu à suivre. Il faut être dans un train, forcément. Les nouvelles ont pour dénominateur commun le lieu.

Pas friande du genre érotique, je reconnais que le tour de force est réussi ; il tient les rênes et tout est étudié avec minutie. C’était dans le cadre d’une commande du Monde que cette nouvelle ferroviaire a été écrite et que le journal s’est hasardé à publier car c’était « gonflé ». L’intention, le thème est choisi par l’auteur qui refuse ce qui lui a été imposé. Mais il en paiera le prix puisqu’il en perdra sa compagne à qui était adressée cette nouvelle. On la trouve  dans Un roman russe et je ne m’attendais pas à la retrouver hier dans le salon bleu.

La dernière écrite par Depestre dont je vous avais, un temps conseillé la femme jardin, n’est pas mal mais plus discrète où l’on retrouve tous les jolis noms donnés au sexe féminin et masculin, en Chine.

Le voyage s’est poursuivi dans le calme, je vous rassure et tranquille dans un salon bleu dont la fréquentation n’a pas été optimale. Le train du désir m’a conduite vers le train de la vie, la mienne.

Et elle reprend son cours quotidien sous un ciel parisien délicatement teinté de bleu, ce matin.

Transports amoureux en folio

Pour un peu plus de bleu dans le paysage :

Bleu de Michel Pastoureau, en points Seuil

Pastel d’Olivier Bleys en folio. Une belle aventure dans un atelier de teinture au XV ème siècle.

ELB

Étiquettes : ,

One response to “Nouvelles ferroviaires.”

  1. de Lépinay says :

    Bravo, là je te reconnais, un style clair imagé, tout ce que j’aime. Arthur est superbe. Les grues sont passées jeudi et vendredi. A bientôt.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :