Archive | novembre 2013

Germaine Richier et les enfants

beaubourgL’ Ouragane de Germaine Richier

A Beaubourg (Centre Georges  Pompidou ) ce matin.Le musée ouvre pour nous(une classe de Cp et presque autant d’accompagnateurs que d’enfants-je plaisante!-) à 9h 30. Les salles sont désertes.

Le conférencier sait maintenir l’attention de son jeune public. Il est gentil, bienveillant. Son nom:Marc, Marc Genuys .Les œuvres  choisies  marqueront leur esprit.Il les invite  » dans » le Jardin d’hiver  de Dubuffet. Devant le panorama de Paris au cinquième étage  il  a installé L’orage et l’Ouragane de Germaine Richier. Au mur et pour eux seuls un Buste de femme de Pablo Picasso et quelques masques africains. A l’un des enfants  il laisse croire qu’il a su lire un titre de tableau: le manège des cochons de Robert Delaunay . Il les tient en haleine devant une autre toile de  Vassili Kandisky et il aiguille leur vingt cinq regards du ciel minuscule au noir nuage puis aux oiseaux, à l’ange enfin en passant par le rouge qui tourne le dos au bleu et au violet qui leur sert de chapeau , sans oublier les montagnes qui peuvent avoir pour nom Alpes. La  tour de Tatline aurait pu les épuiser mais il est question de Tour Eiffel: on s’apaise.

Récompense enfin : une nouvelle grotte, un antre noir, une salle magique. Devant eux sur le mur et du sol au plafond dansent en ombres  le peuple de Paris, les héros, des objets en goguette, des nains et des géants, Notre-dame et la Tour Eiffel. « Les enfants, il s’agit d’une oeuvre de Hans Peter Feldman qui a choisi de faire une oeuvre d’art sans crayons et sans tubes de couleur, et avec des objets choisis et posés sur des plateaux qui tournent devant  des projecteurs… Mais vous qu’en pensez_vous : est-ce une oeuvre d’art?… »

J’ai entendu leurs réponses.

Il nous reste toute la vie pour répondre à ce genre de question…la vie est courte.

Allez vous aussi voir la nouvelle installation du fond permanent du centre Pompidou. Emotions, sensations et questionnements. Faites aussi un détour par la collection de dessins Guerlain. GHV

Croquis du soir…

beaudusoir

Invariablement je m’assois, invariablement j’ai déjà choisi ma proix

Dix minutes pour moi seule…et lui aussi descend à Epinay sur Seine.Je vous laisse imaginer ce qu’il a déjà oublié: les immeubles de banlieue, les câbles, les caténaires ,les ponts au dessus des voies,les voies qui s’échappent,un train qui glisse tout à côté du votre et s’écarte au grès d’un aiguillage,votre reflet dans la vitre, quelques arbres qui s’enfuient, le ciel d’un après-midi d’automne.GHV

 

Croquis du matin…

homme.

 

Peut-on faire plus sérieux?

Petit clin d’œil à ma voisine de banquette du soir: « les traits sont ombre et le blanc lumière »…mais rien n’est achevé.GHV