Archive | juillet 2013

Haïku de la nuit.

Au grillon têtu

Répond dans le noir d’été

Luciole qui luit.

ELB

Vacances et travail…

P1080267  Les chaussures de Jacques.(Sur carton.)

 

Alors que j’ouvre enfin un  ordinateur pour prendre des nouvelles du blog (merci à la médiathèque de Gramat), j’hésite entre quelques photos de ciels bleus , de camomilles épanouies comme neige blanche et l’ habituel carnet. Je découvre l’article d’Evelyne et les évocations du passé, des étés de l’enfance et m’amuse une fois encore de ce lien qui nous relie dès qu’il s’agit d’alimenter ces pages.

Pour moi aussi venu retrouver l’atelier du Lot  où m’attendait cette œuvre particulière sur papier dont je veux retrouver l’inspiration , faite de lignes tendues entre énergie, paysage et émotions, pour moi aussi donc il est difficile d’échapper à  l’emprise des souvenirs . Car dans un coin de l’atelier s’impose cette photographie de l’école ou sous un soleil brûlant nous tentions pour l’objectif  le meilleur des sourires en blanc et noir… Quatre des visages ont disparus : les deux enseignants, monsieur et madame Chassaing , Jacques Levade et Gisèle Tournier. Voilà huit jours que je peints à l’acrylique et à l’huile sur des cartons d’emballage, à la gouache sur les pages du carnet, enfin sur toile le petit Jacques Mes autres projets attendent…

 

dans l'atelier1 Autoportrait  dans le projet.

GHV.

Le Tour

gisèle1

 

 

Le Tour de France, je ne le suis pas mais quand vient son heure, immanquablement je me revois, enfant dans les années soixante. Je n’ai pas encore neuf ans et l’été apporte le parfum des foins, les bulles de la limonade Bois Bordet, les cousins en vacances et la fièvre du Tour.
C’est comme au moment du jeu des mille francs à 12 h 45 :
Tout le monde se tait.

L’Alpe d’Huez, le point d’orgue des étapes de montagne, était chaque année, l’occasion pour les adultes-grand-père, père et oncles- de reparler ou de citer Fausto Coppi, Louison Bobet, Stablinski, Bahamontès, Darriguade, Giminiani et j’en oublie. Chacun avait le sien. Cela permettait sans doute de ne pas avoir à prendre parti pour Anquetil l’arrogant devançant toujours un Poulidor plus humble et besogneux auquel on s’identifiait un peu, je crois.

A l’époque où la télévision était encore rare, -début années 60- nous l’avons eue à la maison, en 1963, le Tour réunissait dans une quasi communion toute la France ou presque et son cœur battait au rythme haletant des commentaires sportifs de la radio. Rassemblés dans la cour de la ferme sous l’ombre épaisse d’un noyer ou d’un marronnier ou encore du pigeonnier et d’un rosier grimpant comme c’était le cas chez nous, et après avoir fait la courte sieste en attente du râteau faneur ou de la machine à dépiquer, pour certains au bureau ou pour d’autres encore sur un chantier : Tout le monde ou presque suivait le Tour. C’était l’évènement sportif qui fédérait.

A la fin de la course, chacun y allait de son couplet presqu’épuisé autant que le coureur pour lequel ils auraient été prêts à lancer de l’eau fraîche au visage, ce qui lui aurait permis, peut-être, de gagner l’étape. Les plus jeunes, garçons surtout –frères ou cousins-, se rêvaient en futurs champions ou journalistes sportifs. Certains de ceux-là aujourd’hui, aux jambes plus engourdies, sur le banc dans la grande cuisine ou dans le fauteuil confortable d’une pièce plus cossue, le suivent toujours. Mais en le regardant à la télévision tout en révisant leur géographie.

Vue du ciel, la colonne de dos colorés se tortille telle une chenille portant sur son maillot tous les sponsors possibles se frayant un chemin entre clochers, beffrois, haies, collines, silos, prés, lacs, étangs et montagnes. Quand j’arrive dans le Lot (cela ne saurait tarder), la plupart du temps en début d’après-midi et si le Tour n’est pas terminé, descendant de la gare, je traverse la petite ville écrasée de soleil. Toute maison est fermée semblant du même coup, endormie. Alors dans cette traversée un peu fantôme sur le trajet qui me conduit vers les miens, je les imagine tous en demi-cercle devant le poste de télévision regardant l’étape du jour, sirotant un café. Je sais qu’à l’abri d’épais murs de pierre, beaucoup sacrifient encore au rite.

Montée, plat ou descente, plus besoin d’imaginer : tout est là, donné .Il suffit d’une télécommande.
Aux quelques magazines en noir et blanc de l’époque avec les photos d’un tel, tombé dans le fossé après crevaison, avec une tache à côté de la tête reposant sur le gravillon ainsi qu’à la radio dont on tournait le bouton, ont succédé avec frénésie les images de la télévision. Pourtant chacun savait la grimace du grimpeur, voyait les plis sur le front, envisageait les gouttes de sueur suivre le pli du coude pour aller rejoindre les guidons tant l’image suggérée par le rythme qu’imposait le commentaire était fort. La voix frénétique et asthmatique du commentateur nous avait amenés sur le porte bagage du cycliste que nous voulions voir vainqueur à l’arrivée. Il me revient un nom de commentateur: Robert Chapatte.

Les magazines les y avaient un peu aidés, peut-être .Ces adultes en cercle autour de la radio, en avaient quelques représentations, du Tour. Certaines courses non loin de là avaient lieu mais pas tous les ans, il me semble et des oncles y en amenaient quelques-uns d’entre nous, les plus motivés ou intéressés par la petite reine. L’endurance, le travail pénible : ils connaissaient. Ils ne devaient pas avoir trop de mal à les imaginer, ces coureurs, essoufflés, éreintés et dégoulinant.

A présent, ces petits garçons des années soixante, assistent en direct au télescopage et à la chute en domino du peloton. Les commentaires se veulent instructifs ; la traversée des villages est l’occasion d’un rappel historique et tandis que certains tentent de se souvenir ou de demander à l’entourage ou aux voisins venus en amis prendre le café, quelle est la préfecture ou la sous-préfecture du département traversé, la plus jeune génération évoque le dopage et les scandales.

Aux premières révélations, le vieux avait dit :
« Bah ! On pouvait bien se douter que ce n’était pas avec du jus de carotte qu’ils pouvaient grimper le Galibier, le Tourmalet ou le Vignemale, aussi vite ».
Sportifs ou mutants ?

ELB