Archive | février 2013

Humanisme

Hommage à Stéphane Hessel

Son empreinte d’humaniste ne disparaîtra pas de sitôt

La révolte consciente et en permanence : être vigilant et résistant afin de rester des hommes  libres, altruistes.

 

ELB

Publicités

Téléphone!

 

26fev2013 001

comme cinq autres parmi douze que j’observe à ce moment là. GHV

 

 

 

Lettre à Chicco

Copie de chicco4

Chicco,

Il a suffi de quelques clics pour te découvrir et d’un peu d’intuition pour saisir l’intérêt du projet de l’association (Reeso) et   de quelques jours enfin avant d’assister au Café-Débat, à Epinay sur Seine ,ce dimanche après-midi avec un public concerné et questionneur. Présent, Rachid Santaki dont il faudra que nous lisions les policiers parce qu’ils mettent en scène nos jeunes de banlieue, leur destin, leurs doutes, leur fragilité , leur déroute lorsque s’enrayent les engrenages  de la promotion sociale. Et pas que cela seulement.Donc des livres durs, pessimistes, réalistes  et lus -et demandés-par les jeunes justement!

Tu savais  mener le débat et à vous deux vous avez su promouvoir, mais aussi expliquer et donner la parole. Que l’environnement  ait une influence sur le destin de nos jeunes ,  donc de la plupart de ceux qui étaient là est évident. Mérite aux mères présentes, nouvelles passionarias , qui pour écarter le pire  imposent le courage et le travail .Vois-tu, je pense qu’elles ont à se battre parce que quelque chose ne fonctionne pas pour leurs enfants: l’école seule, sans elles , ne fait que constater les différences sociales et les reconduit. Et encore ont-elles elles, la chance de travailler ou de vivre dignement. Elles ont  conscience tout en veillant sur leurs petits de former la génération de demain et j’ajoute  celle  qui  prendra demain  le monde en charge…

Mérite aux associations (j’ai noté Accueil -banlieue) qui rendent visible et humain le « territoire »  et là j’ai trouvé l’expression assez « drôle » . ( As-tu remarqué que Rachid Santaki  définit « drôle » ce qu’il veut souligner)

Mérite aux jeunes présents dont nous avons bien entendu que certains ont trouvé une force dans leur origine, leurs difficultés,leurs parcours quand d’autres se cherchent une identité ,une appartenance et d’autres encore s’interrogent sur le bien fondé d’une transmission. Le mot étude revenait souvent. Le mot réussite aussi et humanité et entraide et collaboration. Nous avons tous quelque chose en commun qui est la vie et que nous devons défendre à tout prix contre les poisons mentaux qui font de ceux qui ne lisent pas ,qui  sont délaissés par l’école  des démunis . Bien sûr ils préfèrent le fric facile et aussi le fric utile mais si vite dépensé, au labeur ingrat et au mépris des autres. Et fascinent parfois ceux qui auraient pu réussir au point de les faire basculer mais qu’est-ce justement que réussir?

Mérite à Rachid  Santaki qui écrit  sur ces sujets parce qu’il vient de « là » . Il veut intervenir, il veut avertir et réveiller. C’est ainsi qu’il raconte la chute de celui qui aurait pu comme Icare voler tranquille.   Qu’il se soit brûlé les ailes est une histoire  de banlieue et depuis l’aube des temps cela s’appelle un mythe.

Et bravo à toi, Chicco. J’aurai aimé  à ton âge avoir ton intégrité , tes convictions et ta force .

Association Reeso

Les polards de Rachid Santaki:

La petite citée de la prairie.

Les anges s’habillent en caillera.

Des chiffres et des litres.

Flic ou Caillera( A paraitre en mars 2013)

chicco2

Une spinassienne , mère de deux filles élèves au lycée Feyder dont l’une de ta promo .Ce ne fut pas sans inquiétudes mais c’est sans regrets. GHV