L’enfance derrière soi.

 

deux24janvier

 

 

 

 

 

« Trop de traits! » dit Irène  de ce genre de croquis parce que repris, trituré, martyrisé, surtout qu’i’l s’agissait de capter cet âge où l’on n’est  plus enfant mais pas encore femme,où les sujets sont isolés du monde et leur beauté aussi lisse qu’éphémère. Train  vers 17h 30. GHV

Étiquettes : , , ,

About trainsurtrainghv

Le blog initié pour extraire de leurs carnets mes croquis du train (GHV:banlieue, quotidien, voyage petit, paroles singulières), prend corps avec les mots d'Evelyne (ELB: déambulations parisiennes et banlieusardes, sensations et constats et depuis peu retour sur le Lot). La palette de notre enfance quercynoise nous autorise ce regard particulier sur le monde citadin et banlieusard et sur la vie en province. GHV

One response to “L’enfance derrière soi.”

  1. hyacinthe46 says :

    Eh bien, n’ayant pas chaussé mes lunettes, j’ai vu une sorte d’écharpe boa sur les genoux de la jeune-fille de gauche. Mais, Irène exagère… j’aime beaucoup son regard vers le plafond traduisant ou la désinvolture ou l’exaspération; je ne sais.

    Evelyne

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :