Pauline Peugniez

peugniez Merci Marie (Marie-musique, Marie ma collègue,qui parle anglais, joue du saxo et de la guitare, chante et fait des photos dans le monde du jazz.) Nous nous partageons les mêmes classes d élèves: ils « créent »  et exercent leur regard avec moi et chantent avec elle et bien plus encore). Donc merci Marie d’être arrivée un jour avec une toile sous le bras: « dis moi en veux-tu ? Je l’ai récupérée sur le trottoir. » Nous l’avons adoptée. Nous: les élèves et moi, elle: la toile. Il nous est arrivé de la décrocher (voir comment c’est derrière) , de la raccrocher,de la regarder: « Voyez , l’arrière-plan, c’est ce qui représente ce qui est plus loin,le plan de fond », de la raconter, de lui imaginer un avant, un après  et j’en passe… Elle a connu un drame. Un mardi soir elle trônait sur ma chaise face à la salle vide, ses admirateurs envolés pour un jour de congé et le jeudi voilà qu’elle avait subi les outrages les plus graves: un coup de crayon perforateur dans le cou de l’adolescente en robe rouge. Nous avons appris le mot « restaurer » et un silence grave nous en a plus dit sur leur sentiment que bien des discours. Vous le savez , l’écran est flatteur et il donne trop d’éclat à cette toile  en fait assez terne et vraisemblablement un travail d’élève  des Beaux-arts de Paris si l’on tient compte de l’étiquette à l’arrière.  Ce fut un jeu d’enfant que de retrouver sur internet trace de Pauline Peugniez femme peintre mais surtout maître verrier morte en 1987 et qui eut droit à une invitation du salon d’Automne ou des Indépendants , je ne sais plus, en 1990, ce que j’ai appris grâce à une vidéo parue il y a peu sur Youtube  . Dimanche en 2   en me promenant du côté de St Germain de Charonne je découvrais qu’y figuraient des vitraux d’elle . Mais la surprise ce fut de la retrouver à Epinay sur Seine où je vis depuis plus de trente ans! Huguette Galante.(GHV)

Publicités

Étiquettes : , , ,

About trainsurtrainghv

Le blog initié pour extraire de leurs carnets mes croquis du train (GHV:banlieue, quotidien, voyage petit, paroles singulières), prend corps avec les mots d'Evelyne (ELB: déambulations parisiennes et banlieusardes, sensations et constats et depuis peu retour sur le Lot). La palette de notre enfance quercynoise nous autorise ce regard particulier sur le monde citadin et banlieusard et sur la vie en province. GHV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :